Les ballons

En face, on s’est dit, il y a une forêt. En face de la Tour Montparnasse, des arbres au 8ème étage. Je crois que d’ici on voit tous les monuments de Paris.

Et la Tour Montparnasse qui ondule

Et la Tour Eiffel qui scintille.

Le maître des lieux dit « j’aime que les gens ici se sentent à l’aise ». J’ai le goût du champagne dans la bouche, l’amertume de l’angoisse de ne pas être à ma place. Sous mes pieds, le gazon synthétique et la nuit douce qui me caresse les épaules. Un trop plein d’émotions et les larmes coulent sur mes joues. Cachée dans un recoin de cette terrasse absurde, je pleure et j’entends juste à côté les rires et la musique. Il y a du beau partout et il m’écrase. Ce soir, personne ne le sait mais c’est un anniversaire sans date. Celui de la traversée de Paris, la nuit, avec les ballons. Et le matin, les ballons au sol en bouquet. Ce soir, les ballons touchent le plafond. Dans ma tête ils s’envolent haut dans le ciel. Le ciel où la Tour Montparnasse ondule et où la Tour Eiffel scintille. Ce soir, je suis moi et il est lui.

Je me suis habituée, depuis, à ces moments là. La douceur, la générosité, l’évidence. Pas à la vue, encore. Pas aux possibles que ça ouvre. Un peu plus d’un an de ça.

C’est l’anniversaire de cette bravade « ce soir, je vais réaliser un de tes rêves ». Et il l’a fait.

Entre 7H10 et 7H15

Georges a faim. Il a faim depuis une heure au moins. Il monte sur le lit, ronronne près de ma tête, miaule vaguement. Puis il finit par gratter à la porte de Théodore, il sait que c’est la seule chose qui me fera me lever. Je ne veux pas qu’il le réveille. Mais évidemment il le réveille. Je me recouche et j’entends la porte s’ouvrir, des petits pas sur le parquet. Je vois une petite lueur qui avance. Parfois Théodore vient de mon côté et m’embrasse la joue, il reste debout dans l’obscurité puis me murmure qu’il a faim. Lire la suite

Après la fusion

Avec Alba, on mange des Pocky à la mangue. Elle me fait croquer le sien, je lui fais croquer le mien et elle rigole. Je me demande si dans quelques années, elle aura peur de m’annoncer ses premières règles. Si, plus tard, elle osera partager avec moi la peur et l’angoisse d’être mère. Je me demande si elle répondra sincèrement à la question « es tu heureuse ? » Lire la suite

Entre Lille et Paris

Il faut croire que c’était trop dur de tout à fait quitter Paris. Et puis, j’y ai trouvé de nouvelles attaches, doucement construit une nouvelle vie. C’est là que s’ancre aussi mon travail. J’ai depuis longtemps laissé tomber l’idée de trouver du travail à Lille. Mais Lille c’est aussi là qu’est ma maison, ma famille, mon quotidien. Alors comme vous l’imaginez, ma vie depuis de longs mois c’est aussi une histoire de trains. Lire la suite

La dernière réunion de la journée

C’est un souvenir d’enfance. Dans la chambre à côté de la mienne, alors que mon frère et ma soeur ont déjà le souffle paisible du sommeil, j’entends le chuchotement de mes parents jusque tard dans la nuit. Mes parents ont toujours profité du moment du coucher pour faire le point sur leurs journées respectives. Et j’ai toujours su qu’aucun détail n’était laissé de côté. Mes parents se racontaient tout. Et ils le faisaient au coeur de la nuit.  Lire la suite

Jamais sûre

Et si on n’avait pas raison ? Et si on empruntait le mauvais chemin ? Ce sont les questions que je me pose presque quotidiennement. Des questions pour douter, mais aussi pour prendre conscience. De la vie que j’ai, de la chance que j’ai.  Lire la suite