Dégoûtante ?

Il va y avoir certainement des dizaines d’articles de blogueuses en réaction à l’article de Madmoizelle d’hier et qui qualifie d’horrible le ventre de Natalie Portman en fin de grossesse (parce qu’on peut y apercevoir les mouvements de son bébé à venir). Moi, je veux réagir à ce que j’ai lu après, sur les réseaux. Parce que si j’ai cru un temps que les réactions de la rédaction d’un média prétendument féministe était la cause d’une moyenne d’âge pré-adolescente, je n’ai pas compris les réactions ensuite de gens que je suis tous les jours sur la toile. C’est comme si la boîte de Pandore avait été ouverte, on peut désormais le dire sans crainte : le corps des femmes enceinte nous dégoûte.  Lire la suite

Les histoires

Ceux là s’entendent comme chien et chat. Ils s’exècrent autant qu’ils s’adorent. N’hésitent pas à se faire de grandes déclarations en public mais n’aiment rien tant que se faire pleurer l’un l’autre.je n’ai jamais été proche de mon frère et de ma soeur, et je me réjouis de voir ces deux là, avec leurs deux ans de différence, leurs caractères aux antipodes, s’aimer comme ils le font.  Lire la suite

Sur toi

J’écris trop peu sur lui alors que c’est le compagnon à la hauteur de cette vie que j’ai choisi. 7 ans après le baiser alcoolisé, nous avons grandi côte à côte, complémentaires. Nous partageons un quotidien si… quotidien qu’il nous étouffe et pourtant, parfois, nous nous retrouvons comme au premier jour.  Lire la suite

Les petits plaisirs

C’est vraiment un truc de blogueuses ça, de filles biberonnées aux publications de développement personnel, de s’attacher aux petits plaisirs de la vie, de se pencher sur le hygge, de s’atteler si fort à cette quête du #pasquedesparents et  #cestquedubonheur. Et j’en parle avec d’autant plus de regard critique que je suis la première à tomber dans le panneau, du beau, du joli, de l’émouvant ou du joyeux.  Finalement cette recherche étouffante du beau qui nous entoure, cette injonction à apprécier le moment présent (et à créer d’abord ce moment présent qui mérite d’être soit instagrammé soit raconté), elle est aussi épuisante que le reste.  Lire la suite

L’équilibre

Je fais partie de ces gens qui ne savent pas dire quand ça va bien, quand c’est l’équilibre, quand malgré les petits ou les gros tracas du quotidien, la vie est douce. Je sais m’épancher pendant de longs paragraphes mélancoliques (vous en savez quelque chose). Je sais me taire et m’épuiser dans le travail. Mais le bonheur, dire son bonheur, ça je ne sais pas.  Lire la suite

Le tigre blanc du carnaval

J’avais passé cette nuit-là dans la jungle, à marcher seule à travers  une forêt luxuriante. Au-dessus de moi les arbres étaient si grands qu’ils m’empêchaient de voir le ciel, et le soleil de l’été ne m’éblouissait que par intermittence. Puis j’ai entendu une voix. J’ai regardé autour de moi mais il n’y avait personne. Très lointaine d’abord, la voix s’est progressivement rapprochée jusqu’à devenir réelle. J’avais un pied dans la jungle et un pied sous ma couette lorsque les mots sont devenus plus clairs : « Maman, maman tu m’entends ?  Aujourd’hui  c’est le carnaval ! » A travers cette porte qu’il ne franchit jamais sans y être invité je lui ai crié de venir me rejoindre. J’ai entendu ses petits pas sur le parquet puis j’ai senti son corps tout chaud se blottir près de moi. Il faisait presque jour et je distinguais ses yeux grands ouverts dans la semi obscurité de la chambre. J’ai prétexté une tempête et nous nous sommes cachés sous les draps avant qu’il ne décrète que la plaisanterie avait assez duré. Lire la suite