La secte des porteuses de bébé

C’est devenu une habitude. Chaque fois que je croise une autre porteuse de bébé dans la rue, un sourire mystérieux s’affiche sur son visage. Moi, je réponds poliment, toujours un peu gênée, surtout que je ne peux nier l’évidence, moi aussi je porte un bébé. Plusieurs choses dans ces moments étranges me choquent. D’un, je me rend compte que, comme certains fans de tuning hardcore qui s’extasient devant une belle carrosserie,  je sais reconnaître une grosse partie des modes de portage, leurs marques, la matière et même pour certains la saison de la collection suivant la couleur. Et ça, ça ne flatte pas mon égo.

La deuxième chose qui me dérange découle de la première. Souvent, mais pas toujours, la porteuse en face de moi affiche un air décontracte, un look ultra naturel qui flirte avec le laisser-aller, rappelant à la fois son statut de meuf bio et son statut de maman adepte du maternage. Cette femme donc, avec son sourire où dans mes moments d’angoisse je capte un peu d’ironie, semble croire m’avoir percée à jour. « Oui, c’est bien, commence par le portage et tu finiras par racler le caca dans des couches lavables en chanvre bio des Andes » semble-t-elle dire. Ou encore « Ce n’est que la première étape, bientôt, tu viendras acheter des mascaras naturels au Biocoop du coin et on partagera des tips sur les multiples utilisations de l’huile d’olive au quotidien. »

Mais je souris poliment. Je me dis que la meuf a tort, que j’arbore quand même un vernis à ongles Yves Saint Laurent turquoise utopique de la nouvelle collection, que j’ai une excuse pour ne pas être coiffée et que c’est la même qui m’empêche d’exhiber un smoky eye indécent et sexy avec un teint savamment étudié et complètement faux. Oui, vous me direz aussi, le smoky eye de 17h pour aller traverser la rue et aller à la Poste c’est au mieux un peu too much au pire complètement vulgaire mais je m’en fous.

Cette meuf qui sourit, dans mes meilleurs moments j’y vois aussi la marque de reconnaissance de celles qui pensent faire un acte politique ou l’attendrissement des mères en général pour la progéniture des autres. Mais que ce sourire soit ironique ou sincère, selon les moments et mon humeur, je me sens toujours comme faisant partie de la secte des mamans qui portent leur bébé, nouvelle arrivée qui attend sa lobotomie ou briscarde qui maîtrise les codes. Et je souris, moi aussi, à l’idée que ces signes de reconnaissance, il n’y a qu’à nous qu’ils sont destinés et il n’y a que nous qui les voyons.

 

Crédit photo : Jeportemonbébé.com (la couleur et la matière, c’est mon écharpe préférée)

6 réflexions sur “La secte des porteuses de bébé

  1. Lo dit :

    Salut,
    Avant tout félicitations pour les naissances de Mia et de votre Blog.
    Jules est né quelques semaines avant votre petite. J’étais acro au blog de Rob car également au repos les 2 derniers mois de grossesse, j’avais l’impression d’être un peu moins seule.
    Par contre, je dois avouer ne pas toujours partager les mêmes idées éducatives que vous… Je suis une de ces mères qui allaite, fait des panades maison cuites vapeur, préfère le portage à la poussette et va jusqu’à mettre de l’huile d’olive sur les fesses de ses 2 adorables bébés… mais adore les pampers et bosse à temps plein… Cherchez l’erreur!
    Je voulais simplement te dire, que je souris aux autres femmes qui portent, à celles qui poussent, à celles qui affichent un beau ventre bien rond, à la fillette aux couettes, au bébé qui régurgitte… Je ne fais pas partie d’une secte, je suis une mère, une femme et une working girl… Je suis épanouie à chaque heure de ma journée parce que j’assume à chaque instant ce que je fais et qui je suis! Sexy à mes heures, sportswear quand il faut. La vie d’une femme est bien plus belle quand elle devient maman… Profite de chaque instant de bonheur avec Mia!!

    • Lucile dit :

      Merci pour votre commentaire et merci de suivre nos aventures familiales sur les différents blogs.
      Vous savez, j’avoue être une modérée avec des choix contradictoires (couches lavables mais pas d’allaitement par exemple) aussi, mais je crois que ce qui nous rapproche c’est la volonté de faire au mieux pour nos bébés. Et c’est l’essentiel, je crois. :-)

  2. Bao dit :

    C’est marrant parce que quand on a commencé à porter notre grande (il y a 4 ans), les porte bébé un peu « différents » (chinado pour nous) ne couraient pas les rues. Je n’ai jamais trop senti ces regards là, peut-être que je n’y ai pas prêté attention.

    Ici, à Londres, les mamans portent peu et sont adeptes de la poussette, du coup, on nous questionne souvent dans la rue quand on porte notre petite puce en Chinado.

    • Lucile dit :

      ça dépend des quartiers en fait. J’habite Belleville qui est un quartier parisien de plus en plus branché et donc les bobos à écharpes c’est monnaie courante mais j’étais à Lille il y a peu et les gens étaient curieux et un peu étonnés. ça viendra, je pense, la team des écharpes vaincra !

  3. camille dit :

    comme tu le dis si joliment, ce qui nous rassemble c’est le désir de faire au mieux pour nos bébés, et vraiment le portage, ça a été pour moi une fabuleuse découverte de « maman aimante et active » : un bonus de câlins, finie la poussette encombrante, bonjour voyages en avion toute seule avec bébé et une valise dans chaque main…
    malheureusement ce temps est fini pour ma puce et moi, alors profites-en tant que tu peux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *