Baby Boom sur TF1

Cette émission présentée comme inédite en France (elle est inspirée d’un programme anglais) par la chaîne, j’en avais entendu parler sur les réseaux sociaux et dans la presse et on peut dire qu’elle suscitait déjà bien avant sa diffusion de la curiosité.  40 caméras qui filment 24h/24 façon Secret Story mais dans la maternité de Poissy dans les Yvelines pour être toujours un peu plus au coeur de l’action qui nous émeut et nous terrifie aussi.

Et pourtant malgré la volonté de nous plonger dans l’intimité de ces couples et de ces familles, malgré le potentiel sympathie de l’équipe médicale présente et malgré tout le respect que je porte aux accouchantes (oui, je crois que ça n’existe pas comme mot et je sais qu’on dit parturiente mais c’est moche), je ne peux pas m’empêcher de ne pas cautionner ce programme.

D’abord, c’est avec une voix off chaleureuse (trop?) et une musique pop larmoyante omniprésente façon Grey’s Anatomy (la voix off est d’ailleurs la voix française d’Ellen Pompéo) que sont accompagnées les images des familles . Non, Grey’s Anatomy n’a pas le monopole des images médicales et ne suffit pas à apporter une touche de glam là où, de toute façon, il n’y en a pas. ça m’a un peu fait l’effet de ces papiers toilettes parfumés et colorés genre œuvre d’art… à la fin la finalité reste la même.

Oui, quand j’ai accouché, j’avais bien conscience qu’il n’y avait pas une jolie musique, que j’étais prostrée et que le sang et les matières fécales coulaient à flots emportant avec eux ce qu’il me restait de dignité et de féminité. C’était un beau moment mais pas dans le sens dans lequel TF1 l’entend. C’était un moment vrai, avec un suspense et des peurs qui n’étaient pas amplifiés par le doute dans le regard de l’équipe médicale en gros plan, une musique stressante et une coupure pub. J’aurais pas craché sur une coupure pub d’ailleurs, le jour J mais non, il n’y en a pas eu. Avec le recul, j’ai même l’impression que cette émission montre des accouchements calmes et doux, sans cris, sans larmes (sauf de bonheur). Moi je me souviens, d’un spot agressif vers mon intérieur, mon gynéco qui m’encourage en hurlant et le maïeuticien qui m’appuie sur le ventre de toute ses forces en montant sur un escabeau (véridique). Je me souviens de mon accouchement de deux heures comme d’une suite d’uppercuts sans interruption avec à peine le temps de respirer entre deux contractions. Je ne me souviens de rien d’autre, pas de mots d’amour à ou de mon compagnon, pas de larmes de joie, d’attente et d’excitation, pas un marathon mais un sprint ahurissant et assourdissant.

Je sais que mon accouchement n’a pas été très « normal » même en partant du principe qu’ils sont tous uniques. J’ai accouché en à peine 4 heures en tout et il y a eu des complications. Mais je suis toujours avide de normalité justement, de partager ce « beau » moment avec des femmes qui ont le temps de « l’apprécier » et de « l’appréhender » en même temps. Là, j’ai eu l’impression une fois de plus qu’on nous enfournait de la guimauve par les yeux et les oreilles comme si l’accouchement n’était pas quelque chose d’animal, de frustrant, d’humiliant et de violent. Pire encore que les accouchements de cinéma où les comédiennes hurlent comme des harpies, rougeaudes et transpirantes, les parturientes de Baby Boom gémissement mollement et ponctuent de quelques « j’ai mal » la dizaine d’heures de calvaire. Ou plus.

Bien sûr que cela n’a pas été facile pour elles, bien sûr que les caméras montrent principalement des femmes sous péridurale, allongées depuis des heures. Je me souviens pourtant, dans ma clinique, avoir marché jusqu’aux derniers instants (un soulagement) et vu des femmes sur des ballons ou profitant de la baignoire. La vie en marche, la vraie. Pas l’attente sur un lit, dans une chambre vide 99,9 % du temps avec un compagnon qui ne sait pas quoi faire et qui donc fait n’importe quoi.

Je ne reproche rien aux familles et je comprend même les raisons qui les ont poussé à participer à ce programme. Seulement, j’en veux à TF1 d’avoir mal monté et enrobé son programme de coton, je lui en veux d’ajouter des papillons et des petits anges tous nus là où la beauté est déjà, pour la masquer. Je lui en veux d’avoir fait passer ce couple d’ados pour des rednecks crétins, parce que même si c’est le cas, le regard porté par la caméra était plus méprisant qu’amusé. Mais je ne suis pas étonnée. L’accouchement est quelque chose qui est impossible à transcrire pour la caméra, une aventure personnelle impossible à vivre pour les spectateurs et le spectacle qui en est fait ici n’est que l’expression d’une envie. Pas de la réalité. Surtout pas de la réalité.

Baby Boom sur TF1 : le mardi à 23h20.

 

2 réflexions sur “Baby Boom sur TF1

  1. Oum dit :

    Encore un billet très juste… Je n’ai pas vu l’émission mais je partage ton point de vue sur le fait que l’accouchement reste assez animal comme expérience… à trop le médicaliser on risque de le dénaturer…

  2. Carole Nipette dit :

    Pas vu, pas envie ! par contre je me souviens du film sur l’accouchement qu’on nous montrait en classe de 5ème, 4ème (ça remonte à loin, genre fin 70, début 80…! ), du vrai de vrai, des cris, de la sueur, pas de glamour du tout et crois moi j’ai encore cette image dans la tête !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *