Fête des mères : le souvenir d’Hellen

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Mon fils me le dit depuis plusieurs jours : « Dimanche, c’est la fête de toutes les mamans ! » Il trépigne et se tortille, incapable de garder le secret du cadeau qu’il a réalisé en classe. Première année d’école, premier présent de fête des mères réalisé de ses mains. C’est important pour lui, ça le devient pour moi. Aujourd’hui je vais appeler ma mère, penser à ma sœur, à mes amies qui fête leur première fête des mères, à celles qui espèrent tant le devenir. Et puis je vais penser aux mamans des gens que j’aime et qui ne sont plus là. Parce que les mamans ne disparaissent jamais vraiment. Elles sont dans les yeux, le cœur et les souvenirs de leurs enfants. Pour cette raison, je laisse la parole à mon amie Hellen qui a partagé avec moi il y a quelques jours un joli souvenir de fête des mères. Je n’ai pas connu sa maman mais aujourd’hui, grâce aux mots de sa fille, j’entends son rire, si fort et si vivant et j’ai l’impression de la connaître un peu. Je vous laisse avec ses mots et souhaite à toutes les mamans la plus belle des journées.

« Nous sommes en 2008. La fête des mères approche et j’interroge maman sur ce qu’elle souhaite que je lui offre. Elle me répond qu’elle n’a vraiment besoin de rien et que, sincèrement, elle a déjà tout eu. Cette réponse ne me satisfait pas et je n’arrive pas à me souvenir si l’un de nous trois lui a déjà offert ce cadeau incontournable : Le collier de nouilles.

Je vais donc immédiatement dans sa chambre. Il s’y trouve une petite vitrine dans laquelle s’étale la collection complète des cadeaux de fêtes des mères: moulages en terre glaise,  bougeoirs réalisés dans des bouteilles de coca recouvertes d’une feuille d’alu pyrogravée,  « bonhommes ficelle », minuscules feuilles de papiers qui, dépliées, sont des fleurs dont chaque pétale comporte une lettre qui forme « bonne fête maman », poèmes encadrés, broches énormes et difformes, mais pas de collier de nouilles. Le cadeau pour la prochaine fête des mères est tout trouvé. Elle a 48 ans, j’en ai 25. Qu’importe, elle aussi aura son collier de nouilles !

S’en suivra une longue investigation en supermarché pour choisir les pâtes parfaites (taille, forme, originalité). Mon choix s’arrête sur des serpentini et des coquillettes en alternance ! Fil de nylon, fermoir métallique, peinture, j’ai tout ce qu’il me faut. Lorsqu’il est terminé, je l’emballe dans un écrin afin que la surprise soit totale.

Le jour J, dimanche 25 mai, il fait un temps magnifique. J’offre à maman mon cadeau bien emballé. Elle retire le papier qui enveloppe l’écrin et sur lequel j’ai écrit : « Pour la plus belle des mamans ». Elle me regarde en disant que je ne suis pas raisonnable, qu’elle ne voulait vraiment rien. J’ai tellement envie de rire…

Puis elle ouvre l’écrin et le referme d’un coup : son rire puissant et jovial résonne sur toute la terrasse. Seule elle et moi savons ce qui se trouve à l’intérieur et je ris autant qu’elle de ce cadeau farfelu, jaune et bleu, incroyablement moche mais vraiment unique. Elle ne cesse de rire et ouvre à nouveau l’écrin dont elle retire un improbable collier de serpentini/coquillettes. Elle s’empresse de l’’enfiler et le porte fièrement pour le reste de la journée. Non sans en faire l’éloge à tout son entourage ! Dans les semaines qui suivent, j’entends souvent parler du collier de nouilles de la Fête des mères. Avec toujours ce pétillement dans les yeux de maman, comme si ce collier était la seule chose qui manquait dans sa vitrine.

 Ce collier est le dernier cadeau que j’ai fait à ma maman. »

 

Une réflexion sur “Fête des mères : le souvenir d’Hellen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *