Quand ça va bien

fullsizerender-75

Comment dit-on quand ça va bien ? Comment dit-on quand le quotidien est doux et serein ? Comment retranscrit-on ces conversations si longues dans la rue ou dans la baignoire et qui, peu à peu, permettent aux pièces du puzzle de s’imbriquer ? Ce matin, je me réveille avec un sentiment d’équilibre.

Si quelque chose ne va pas bien, je suis un livre ouvert. Je souffre physiquement de la moindre angoisse, je me transforme en une boule de stress et de mélancolie. Je maîtrise et puis plus rien. À chaque personne qui disparait de ma vie, c’est un peu la fin du monde. J’alterne ainsi les très hauts et les très bas depuis 31 ans.

Parce que je connais bien ces phases de bonheur et de malheur violentes, je connais aussi la valeur des moments d’équilibre. Un matin de la semaine dernière, il y avait ces ridicules ballons roses au sol, et ça a été une évidence. Je vais profiter aussi fort que je peux de cet épisode de calme qui repose plus qu’il ne fatigue. Ce moment où je vis avant d’écrire. Ce moment où il est simple d’être qui je suis.

Avant la prochaine tempête…

 

2 réflexions sur “Quand ça va bien

  1. Gallïane dit :

    Je comprends si bien ce que tu ressens, ces hauts et ces bas, ce sentiment de fin du monde, l’angoisse, la mélancolie… profite-bien de cet accalmie ! Profite… <3

Répondre à Gallïane Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *