Tirer sa révérence

11425243_1117346374948572_1326890878774247811_n

Il y a 6 ans, je commençais l’effeuillage.
Il y a 5 ans j’apportais l’effeuillage burlesque dans ma région.
Il y a 4 ans, je fondais ma troupe avec des filles géniales.
Il y a 3 ans, je rencontrais celle qui est devenue mon bras droit.
Il y a 2 ans, je recevais un prix pour l’un de mes costumes.
Il y a 1 an, je réalisais l’un de mes rêves de performer avec mes idoles.

Aujourd’hui, ce n’est pas sans un petit pincement au coeur, mais avec joie que j’annonce que    je prends ma retraite burlesque.

J’ai eu un chouette parcours, rempli de rencontres plus intenses et plus folles que les unes que les autres. Des rencontres qui m’ont apporté tant artistiquement qu’humainement. Des rencontres qui pour certain.e.s resteront des ami.e.s. Des personnes qui m’ont incité à me lancer, m’ont supporté, m’ont encouragé dès le début, d’autres qui sont arrivés en cours de route et m’ont accompagné tout le reste du chemin. Il y a aussi celleux qui sont repartis aussi vite qu’ils sont venus, celleux qui n’ont jamais cru en moi, celleux qui ont tenté de me mettre des bâtons dans les roues mais grâce à qui j’ai redoublé d’efforts et persisté.

Grâce au burlesque, j’ai trouvé la confiance en moi que je cherchais depuis tant d’années. La confiance en la personne que je suis, sa capacité à mener à bien un projet, de partager une passion, d’apporter à mon tour du bon et du bien à travers la communication et l’enseignement.
Grâce à l’effeuillage, j’ai gagné la confiance en moi que je n’avais jamais eu, celle d’assumer parfaitement ce corps qui me complexait. Cette discipline m’a appris à voir tous les corps tels qu’ils sont et leur beauté dans leur différence.
L’effeuillage burlesque m’a fait grandir et mûrir par tous ses aspects, qu’ils soient personnels, psychologiques, artistiques, créatifs, commerciaux ou encore dans ses interactions personnelles. Cet art m’a permis de reprendre mes premiers amours artistiques, la danse et le théâtre, tout en m’apportant le plaisir de la création et de découvrir à quel point c’est plaisant d’être une artiste complète. J’ai tellement pris de plaisir sur scène à donner tout ce que je pouvais, en rires comme en émotions. J’ai tellement galéré sur mes costumes pour offrir le meilleur de moi-même alors que je partais de zéro compétence, avec pour satisfaction les compliments du public. J’ai peiné à offrir des spectacles dignes de ce nom dans ma région, mais des gens m’ont laissé ma chance et j’ai réussi à conquérir un public fidèle et qui  a prêché à son tour pour faire connaître nos spectacles.

Tout ça me manquera évidemment, mais j’arrête sans pour autant de regrets. Ma vie scénique me manquera, le maquillage, les paillettes, les strass, les plumes, la lingerie qui brille de milles feux… Mais je suis heureuse. Je n’arrête pas parce que ça ne me plait plus ou parce que ça ne fonctionne pas, j’arrête parce que j’ai d’autres projets qui vont prendre tout mon temps et connaissant l’aspect chronophage du burlesque, je sais que je ne pourrais mener de front ma reprise d’études et l’effeuillage, sans compter ma vie de famille et mon travail à côté.
Je fais ce choix en toute conscience, avec bienveillance avec moi-même, afin de ne pas me surmener et surestimer mes capacités. Je ne veux pas me planter, reprendre des études est déjà assez ardu à mon grand âge, autant mettre toutes les bonnes conditions pour réussir.

Je n’oublierais aucune des personnes rencontrées au cours de ces six dernières années, aucun des projets réalisés, aucune des idées avortées, aucune scène, aucun fou-rire, aucun pleur, aucun bonheur ni aucune peur, aucun moment de gloire ou de honte. Parce que c’est grâce à tout cela que je suis la personne que je suis aujourd’hui, cette femme qui reprend une licence à 37 ans avec une maison, deux enfants, deux chats, un chien et un mariage cette année.
Je tourne une page, mais l’histoire continue d’être écrite.

Et puis je prends ma retraite aujourd’hui, mais ça ne veut pas dire qu’à l’occasion, je ne remonterai pas sur scène un jour pour le plaisir ! 

2 réflexions sur “Tirer sa révérence

  1. Loïc Méchant dit :

    SNIF !!!!!! :'( Certes c’est triste, mais un grand merci à toi, grande reine du tout nu, pionnière et missionnaire du burlesque (pas de mauvais jeu de mot :D ) d’avoir implanté cet art glamour avec brio à Clermont !!!!!! Merci pour les paillettes et le sexy ! Merci Galliane Murmures, ton nom de scène restera gravé dans les bas résilles et autres boas colorés ! MERCI ! :)

  2. Gentleman W dit :

    Un pincement au coeur en voyant cet article, ce message, cette annonce…. je ne sais que dire sauf mon admiration ant pour l’artiste que pour le souffle fort qui vous suivait, cette énergie, cette volonté dynamique pour les autres.

    Avertissez de votre futurs trop rares apparitions poétiques et burlesques !

    STANDING OVATION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *