We love Disney 3 : du miel dans l’auto-radio

wld3

J’ai déjà raconté il y a quelques mois la bataille qui se jouait entre les adultes et les enfants lors des grands trajets autoroutiers. Lorsque les occupants de la banquette arrière réclament « les princesses » ou « la musique de petits », le combat s’engage car les occupants des sièges avant aimeraient bien continuer à écouter « leur » musique tranquillement. Mais puisque c’est une façon d’acheter un peu de tranquillité dans la voiture pendant une quarantaine ou une soixantaine de minutes, nous finissons généralement par céder.

Certains CD pour enfants ont mystérieusement disparu, sans doute subtilisés par le fameux lutin voleur (celui qui fait également disparaître un beau matin les jouets trop bruyants ou trop dangereux). Dans la boîte où nous rangeons les disques, ne reste que la crème de la crème des disques pour moins de huit ans, c’est-à-dire ceux que nous parvenons à supporter d’un bout à l’autre, voire même que nous parvenons à apprécier. Les différents volumes de We love Disney en font partie, et il n’y a qu’à voir l’illustration de l’article linké plus haut pour s’en rendre compte.

Fin 2016, le troisième volume de We love Disney est sorti. Pour mémoire, il s’agit de reprises des grandes chansons issues des films estampillés Walt Disney, par des chanteuses et chanteurs de tous styles, ainsi que par des artistes dont on ne soupçonnait pas l’aptitude à pousser la chansonnette. De Jenifer à Arié Elmaleh, de Michael Youn à Ben l’Oncle Soul, il y en a pour tous les goûts… Et le troisième volume ne fait que prolonger le plaisir.

La liste des chansons peut presque laisser indifférent si, comme moi, on ne connaît pas 100% des chansons Disney sur le bout des doigts. Je voudrais déjà être roi, ça va : j’ai vu Le Roi Lion un tas de fois. Où est la vraie vie aussi (plutôt bien aimé Raiponce). Mais beaucoup d’autres titres ne me disaient rien. Je m’en vais, Des sauvages, Ne dormez pas… Tout cela me semblait parfaitement inconnu. La force de We love Disney, c’est que les chansons ont beau être réorchestrées à la sauce de leurs interprètes, elles sont aussi parfaitement reconnaissables. Pocahontas, Mary Poppins, Rebelle… Les enfants ne s’y sont souvent pas trompés et ont identifié les univers sans traîner (sauf ceux de Frère des ours et Le Roi Lion 2, qu’ils n’ont pas encore vus).

Parfaitement à la masse en matière de musiques actuelles, j’avoue que je ne connaissais pas non plus tous les artistes présents sur le disque. Pauline Croze, Luce, ça va. Lilian Renaud, c’est le gagnant-fromager de The Voice, non (vérification faite, c’est bien ça) ? En revanche, j’avoue que de Carla à Pomme, j’ai découvert un certain nombre de chanteurs et chanteuses dont j’ignorais l’existence. Et qui nous ont franchement convaincu… Les enfants ne jurent plus que par ce nouveau We love Disney, qu’ils appellent « le trois » ou « le Simba ». Et parce que l’influence parentale est un facteur évident, leur favorite est Je voudrais déjà être roi… alors qu’ils n’ont pas encore vu Le Roi Lion, film pour lequel je les trouve encore un peu tendres, mais dont les chansons sont absolument toutes irrésistibles. David Thibault (venu lui aussi de The Voice, ce que je ne savais pas) en livre une réinterprétation absolument délicieuse. Et puisque le disque se clôt par Le bleu lumière, chanson interprétée par Cerise Calixte et venue du récent succès Vaiana, ils n’ont eu de cesse de redemander encore et encore à réécouter le disque. Et nous avons fini par accepter sans broncher, et en y prenant même un certain plaisir.

Thomas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *