Et mon coeur fait boum

C’est le printemps. Le moment des déjeuners au parc, juste à deux. Des diabolos en terrasse, à cinq. C’est le moment des longues balades dans Paris, des premières glaces. Des jupes et des robes jambes nues. C’est les vacances, aussi. 

Il est beau, ce printemps. Il a déjà une saveur particulière. Celle de l’éclaircie et des possibles. Il y a comme de l’espoir dans l’air et une petite musique qui me porte loin.

Ces derniers jours, j’ai été spectatrice de cette amie qui a une grande place dans ma vie et dans ma tête depuis les 8 derniers mois. Elle est venue à la maison tout le week-end, a partagé notre petite vie très bruyante et j’ai pu apprécier combien elle était si pleinement elle. Tant que j’ai rêvé de certains moments après coup, qu’ils en sont devenus presque irréels. Je voudrais être aussi vivante qu’elle, aussi perméable, aussi pleine. Et son regard à elle, sans jugement, nous a fait du bien.

Après, ce sentiment de beaucoup (6 à la maison, et toujours les 3 chats, on à survécu à la surpopulation… mais de peu), je voulais de la solitude. Une belle solitude, de celles qui remplissent. J’ai longuement marché dans Paris, j’ai laissé le soleil caresser mon visage et mes jambes, je me suis perdue et j’ai demandé mon chemin dans un café du 18ème. Et puis, j’ai découvert la placette la plus mignonne du monde, où je me suis promise de revenir écrire. Après ce temps dehors, je me suis enfermée pour 3h de musique et de danse échevelée, une autre libération. Soulwax sur scène, j’en rêvais depuis 2009 (et c’est devant les frères Dewaele que j’avais rencontré Esther pour la première fois en 2013).

Cette semaine, il y a aura un autre concert. Un à la Philharmonie, cette fois. Et puis c’est le début des vacances. Il y a aura des glaces, ça, c’est sûr, des cafés avec des personnes chères, des rencontres, des films, des terrasses et des expositions, il y aura des mots et puis eux et elle, et elle aussi. La cage d’escalier qui sent le thé sec et les siestes dans mon lit les après-midi ensoleillées. J’ai hâte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *