Entre Lille et Paris

Il faut croire que c’était trop dur de tout à fait quitter Paris. Et puis, j’y ai trouvé de nouvelles attaches, doucement construit une nouvelle vie. C’est là que s’ancre aussi mon travail. J’ai depuis longtemps laissé tomber l’idée de trouver du travail à Lille. Mais Lille c’est aussi là qu’est ma maison, ma famille, mon quotidien. Alors comme vous l’imaginez, ma vie depuis de longs mois c’est aussi une histoire de trains.

Je me suis habituée à avoir toujours dans ma liste de choses à faire, toujours un sac à remplir ou à déballer. J’ai pris toutes sortes de trains, ceux de la nuit et ceux du petit matin, ceux où on emmène son sandwich acheté dans la gare, d’autres où on traine péniblement son café. J’ai beaucoup écrit dans les trains, et noirci des pages de Moleskine avant de tout à fait laisser tomber. J’ai dormi, j’ai pleuré, j’ai écouté de la musique à m’en donner mal à la tête. Une fois, j’ai même vu, par dessus l’épaule d’un voisin de voiture, le dernier tiers de Jurassic Park 3.

Parfois, cette vie entre deux villes, elle m’épuise. Je ne sais plus où je suis, où j’en suis, je ne sais plus vivre dans le présent juste dans l’attente du prochain train. Alors je prends des photos. J’ai toujours avec moi un peu de Lille à Paris et un peu de Paris à Lille. Et puis, après avoir toujours aimé les gares, je les ai désaimé un temps, avant qu’on s’apprivoise à nouveau. Les trains, les deux foyers, le travail, la famille, les projets, c’est reparti pour une année. Cette semaine, pour moi aussi, c’était un peu la rentrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *