La dernière réunion de la journée

C’est un souvenir d’enfance. Dans la chambre à côté de la mienne, alors que mon frère et ma soeur ont déjà le souffle paisible du sommeil, j’entends le chuchotement de mes parents jusque tard dans la nuit. Mes parents ont toujours profité du moment du coucher pour faire le point sur leurs journées respectives. Et j’ai toujours su qu’aucun détail n’était laissé de côté. Mes parents se racontaient tout. Et ils le faisaient au coeur de la nuit. 

Peut-être parce que j’ai grandi avec cet exemple, le moment où mon corps est enfin en position allongée est aussi celui où mon cerveau se met en branle. Dans un processus qui peut prendre plus d’une heure, je revois chaque point essentiel de la journée et je me prépare au lendemain. Parfois, je commence à écrire un article ou un mail. Parfois, je rumine une conversation qui ne s’est pas déroulée comme je voudrais. Pour moi, cette étape, la dernière réunion de la journée, n’est pas un moment apaisé comme les chuchotements doux de mes parents. C’est une tempête d’informations diverses dans ma tête, comme si chaque image, chaque son, chaque idée, chaque sujet avait été nonchalamment jeté par terre et qu’il fallait maintenant lui trouver une place.

Avec la rentrée, ces « réunions avec moi-même » sont devenus le point de départ d’insomnies. Trop de choses à gérer, à penser, à analyser. Ce rituel des mots a été effacé par une facilité chimique. Et pendant longtemps, parce que la pression de passer des nuits complètes et de me réveiller reposée était trop forte, j’ai préféré prendre un cachet que d’affronter mon propre rangement intérieur. Cette rentrée, soutenue, je cherche à nouveau à trouver la force de ce moment de bilan, qu’elle devienne enfin ma force plutôt qu’une faiblesse. Et si les précédentes nuits n’ont pas été faciles, je garde espoir et je m’acharne.

Une réflexion sur “La dernière réunion de la journée

  1. vincent dit :

    Je suis hypnothérapeute et j’aide beaucoup de personnes à retrouver le sommeil. Avant toute chose, il y a des précautions à prendre concernant l’activité du cerveau juste avant de dormir, et la place que l’on donne à son lit et à son coucher : pas d’écrans une heure avant de dormir, et surtout pas au lit. Ils irritent l’activité cérébrale, que l’on cherche au contraire à apaiser pour lâcher prise et glisser dans le sommeil. Votre lit est fait pour dormir et accorder à votre corps et à votre mental le repos qu’ils méritent. Je vous conseillerais de faire votre « dernière réunion » assise à une table ou allongée dans votre canapé, mais avant d’aller dormir, et dans un autre contexte. Et de vous mettre au lit pour vous reposer de votre journée, pas pour y revenir, en sachant que tout va bien et que vous pouvez vous laisser aller. Vous n’avez aucune obligation à faire ce que faisaient vos parents, ça n’a jamais été la recette du sommeil… Je vous souhaite surtout de cesser de vous « acharner » pour trouver enfin votre propre voie. Bonne nuit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *