2018…

J’ai choisi une photo de moi pour illustrer ce billet parce que cette année, j’ai plus ou moins arrêté de prendre des photos de moi et de laisser les autres en faire. Je voulais une photo souriante pour débuter cette année, et il s’est avéré que si les photos de ma tête sont désormais rares, celles où mon sourire est franc le sont encore plus. J’en ai trouvé une, en fait. Mais j’ai décidé de la garder pour moi. Une photo de moi, donc, et ce petit paragraphe pour illustrer ma première résolution de cette année à venir : celle d’arrêter de me cacher. En 2017, j’ai payé de ma santé mentale des dizaines de brimades diverses et variées, des petites réflexions de ci de là qui s’étaient accumulées avec les années et qui sont toutes ressorties en même temps sous la forme d’une grande vague. Doucement, j’ai commencé à avoir peur de prendre la parole en public, à sortir de chez moi. J’ai commencé à avoir honte quand je dérogeais à ces nouvelles règles de vie. Je n’en peux plus désormais. Et je ne veux plus faire subir à mes proches ces blocages. Alors 2018, je l’espère, sera l’année du retour à la vie.

Cela fait des semaines déjà que mes objectifs professionnels sont clairs. Pour la première fois, je crois, l’objectif est moins de survivre que d’être enthousiasmée par mes projets. Et ceux qui se profilent sont déjà à la hauteur de cet enthousiasme. J’espère être surprise aussi. Que comme chaque année les rencontres et le hasard me mènent sur des terrains que je pensais inaccessibles. J’ai eu de la chance jusque là, j’espère qu’elle sera encore de mon côté pour quelques mois.

Objectivement 2017 a été à la fois une année d’équilibre et de déséquilibre au niveau personnel. C’est aussi un de mes objectifs de l’année à venir : je voudrais moins de fatigue, de souffrance et de doute. Pour l’instant c’est un voeu pieux mais je compte bien m’atteler sérieusement à cet objectif de lâcher-prise tout au long de l’année. Qui implique aussi donc plus de confiance envers les autres. Je suis peu mais très bien entourée, cette partie là devrait donc ne pas être si difficile.

Cette année, j’ai aimé et j’ai été aimée, j’ai vu mes enfants grandir heureux et en bonne santé, on m’a fait confiance professionnellement, mes projets personnels ont avancé et puis il y a eu des vacances aussi, des moments de pur plaisir, hors du temps. Pour 2018, je voudrais 2017 en mieux. On n’est jamais à l’abri d’une mauvaise nouvelle, d’un accident ou d’une couille dans le potage. Ils arriveront sans doute. Mais tout cet amour me donne la force de gravir des montagnes. Je ne suis pas parfaite, et rien n’est jamais parfait, mais on a eu de la chance.

2 réflexions sur “2018…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *