Changer de corps

C’est comme une mue. J’ai 32 ans et demi et j’ai l’impression d’avoir mué tant de fois. Je me rends compte qu’en 2014 déjà, peu après l’allaitement, j’avais parlé de mes seins ici. De leur évolution tout au long de ma vie de femme. Ça peut paraître indécent de parler de ça. Les seins c’est le sexe. Mais pour moi qui suis une femme, les seins c’est les douleurs pendant le cycle, les signes annonciateurs de la grossesse, l’allaitement, les tailles qui varient, la forme, la texture, la peur d’avoir une grosseur aussi, et de plus en plus avec les années. La séduction, c’est devenu secondaire. Comme la séduction est devenue secondaire dans ma vie.

Je passe plus de temps à courir d’un bout à l’autre de la ville pour emmener mes enfants à l’école et travailler ou d’un train à l’autre entre Lille et Paris que je ne passe de temps à me regarder dans la glace. Ou à vamper ceux qui partagent ma vie. Je n’y pense jamais. Dans ma vie du quotidien, fonctionnelle, je ne porte plus de lingerie. Je ne porte plus de soutien-gorge du tout. Uniquement pour une question de confort.

Alors quand j’ai commencé à vouloir me redonner un visage, j’ai aussi voulu me redonner un corps. Me regarder pour appréhender mes formes et puis me rendre compte qu’elles ne sont pas si honteuses que ça. Porter de la lingerie pour le plaisir en opposition au confort du rien. J’ai été contactée par un site de vente en ligne de lingerie pour toutes les morphologies et je me suis perdue dans les pages. Des ensembles Aubade qui laissent songeuse à la lingerie Marie Jo qui a finalement capté mon attention parce qu’elle me ressemblait plus. J’y ai passé des heures. À m’imaginer différente, lascive et séductrice. J’avais oublié. Mon corps a tellement changé, je ne sais plus qui je suis. Alors je prends le temps de le redécouvrir, d’en accepter les aspérités, les plis, les bosses, les marques. J’ai marqué mon corps de tatouages pour me l’approprier. Il est temps maintenant d’arrêter de laisser les autres et le temps en faire ce qu’ils en veulent et de le faire mien, enfin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *