Sensible

Je suis sensible. C’est un truc qui est venu avec les années. Je ne me rappelle pas pleurer autant avant. C’est venu avec les enfants. Peut-être par mimétisme. Je pleure pour tout ou en tout cas pour beaucoup. Je m’émeus. Je note, je collecte. Je pense à plus tard. Et puis des fois, je pense au passé, et je pleure encore. C’est con.

Je n’en suis pas fière. Mais je pleure à cause de quelques notes de musique, de quelques mots consignés dans mon portable, d’une déclaration, d’une robe qui rappelle des souvenirs, des étoiles dans les yeux des enfants quand ils sont vraiment heureux et que c’est nous qui sommes responsables de cette magie là. Je pleure parce que je me sens bien, parce que je suis heureuse, parce que je suis reconnaissante.

C’est parfois déstabilisant pour mes proches. Mais j’y vois un bon signe. Depuis que je laisse les larmes couler, je suis moins malade. Je fais moins de migraines, moins de petits trucs psychosomatiques qui, mis bout à bout, rendaient ma vie insupportable. Il y a eu un déclic et je me suis mise à avoir une fuite. Et c’est une fuite salutaire. J’ai toujours un peu honte quand ça arrive et que je m’en explique mais le sentiment ne dure pas. C’est un instant pour moi. L’autre, presque, est un spectateur sans importance. Son regard ne m’importe pas. Il m’importe ce sentiment fort et profond que ces petits riens sont les preuves de mon bonheur et de ma chance. Alors ces larmes, et ces détails, je les serre contre moi et je les chéris. Et j’espère bien, par la suite, ne jamais oublier d’avoir ces fuites.

2 réflexions sur “Sensible

  1. E dit :

    Bonjour Lucile,
    Je viens de découvrir votre blog et j’apprécie beaucoup votre écriture, vos jolis photos, votre état d’esprit…
    Et… en voyant quelques unes de vos photos et en pensant reconnaître des visages, et surtout un visage de tout petit homme… je peux vous dire que nos deux petits garçons sont dans la même classe! :)
    Nous sommes arrivés de Paris au même endroit que vous il y a un an et demie…
    Bonne continuation et au plaisir de vous lire…
    E

  2. Bellan dit :

    Nous vivons avec notre passé, lointain ou même tout proche, heureux ou malheureux ; c’est une marque indélébile….Les enfants, c’est du présent et l’avenir, et leur joie s’appelle le bonheur. bise après ces pensées d’une haute valeur philosophique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *