La danse

Il y a tellement de monde dans le couloir que nous devons attendre quelques minutes à l’extérieur. Parents, grands-parents, frères ou sœurs, nous sommes tous sagement alignés pendant que les danseurs se préparent. J’ai discrètement interrogé Théodore au sujet du spectacle ces derniers jours mais il est resté évasif, presque désintéressé.

Le petit groupe s’agite et nous avançons lentement jusqu’à la salle. J’aperçois des petites-filles derrière une porte entrouverte. Elles rient et sautillent, faisant s’agiter les plumes roses et bleues qui colorent leurs chevelures. J’aime l’odeur de ces lieux, un mélange de bois et de poussière, de vieille peinture et de papiers jaunis sur les murs. Elle me rappelle qu’il y a très longtemps, j’ai moi aussi été une petite fille impatiente et inquiète à quelques minutes de son premier spectacle. Nous sommes parmi les derniers à entrer dans le studio et nous asseyons par terre. Les grands-parents de Théodore sont déjà là. C’était hier que j’étais un chat sur scène, maquillée comme une créature de Cocteau par une mère magicienne.

Quinze minutes passent. Lorsque la porte s’ouvre, le public espère que le spectacle commence enfin. Mais il ne s’agit que de parents retardataires sur la pointe des pieds.

Puis le silence se fait et la musique commence. Le premier groupe, de toutes petites filles de 4 ou 5 ans à peine, entre joyeusement dans la salle. Petites indiennes de Peter Pan, elles avancent d’un pas décidé dans leurs robes légères. Je ne les connais pas et pourtant je suis émue. Je les regarde en souriant, touchée par leur grâce enfantine et la délicatesse de leurs erreurs. Cela ne dure que 2 ou 3 minutes : de sauts, d’arabesques, de petits pas, puis elles saluent en ordre dispersé. Leur professeur les fait asseoir à l’extrémité de la salle, sous les barres de ballet en bois.

Les premières mesures de « L’air du vent », extrait de la bande-originale de Pocahontas, retentissent alors dans la salle. J’aime cette chanson, je sais que mon fils aussi. Deux petites filles en tutu entrent en tirant un long tissu bleu qui figure un torrent. A son extrémité, Théodore et l’autre garçon du groupe font onduler en rythme l’eau imaginaire. Mon émotion me prend par surprise, comme me surprend l’étonnante perfection de cette danse. Les notes de ce chant d’amour, ode à la nature et à la liberté, nous emporte tous.

Lorsque Théodore se trompe, il s’élance en courant pour reprendre sa place à petit pas rapides. Nos regards se croisent et je vois qu’il doute. J’entends ses questions silencieuses, sa peur de nous décevoir. Nous sommes pourtant si fiers de lui. Petit danseur au milieu d’une nuée de danseuses.

Une petite fille gracieuse le prend par la main et ils dansent ensemble. Elle a les cheveux relevés mais une mèche lui tombe dans les yeux. Cela ne dure que le temps de quelques mesures mais ces deux-là sont parfaitement coordonnés. Ils lèvent un pied, puis l’autre, tournent et virevoltent sans se quitter des yeux. Je ne vois qu’eux. La musique décline et les applaudissements s’élèvent. Le spectacle de danse se termine au milieu du chahut et des rires. Nous nous faufilons jusqu’au vestiaire où règne une atmosphère de fête. Théodore se change puis sort du studio à toute allure. Il court, comme toujours.

Alors que nous marchons jusqu’à la maison, il nous interroge : « Elle était belle ma danse ? ». Oh mon Théodore… Ta danse était belle comme tes 5 ans et demi, belle comme la rondeur de tes joues.

Esther

3 réflexions sur “La danse

  1. Marion dit :

    J’ai hâte qu’il puisse lire et comprendre tout l’amour et la fierté à travers ce texte. Il n’y a rien de plus beau que de se poser pour traduire son cœur.

    Pour l’odeur de cette salle mon avis diffère légèrement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *