Noël avec Les petites découpes

étoile de Noël Théodore

J’aurai l’occasion d’en parler à nouveau ici mais Noël est le moment de l’année que je préfère. Je crois même que si on me demandait quelles sont mes passions je pourrais répondre (au milieu du reste) : Noël !
Je possède des décorations anciennes, familiales, auxquelles je tiens comme à la prunelle de mes yeux. Je suis toujours à la recherche de nouveaux éléments pour agrémenter notre sapin, nos murs, notre quotidien pendant cette si jolie période.
Il y a quelques mois j’ai découvert et eu un véritable coup de cœur pour les créations des Petites Découpes.

Lora Fallot, designer produit, a ouvert son atelier près de Nice en janvier 2013. Elle dessine, conçoit et fabrique des bijoux, objets de déco ou de papeterie mais propose également un service de découpe et gravure laser sur différents supports pour particuliers et professionnels. Cuir, bois, feutrine, plastique, papier : les possibilités sont infinies et le résultat unique. Des colliers graphiques côtoient des bracelets fantaisistes et l’on trouve même d’incroyables clips à chaussures que Lora conçoit avec sa partenaire Nora Kolasa et commercialise sur le site LO&NO.

les petites découpesLes petites découpesLes petites découpesLes petites découpes - Clip

Un univers décalé et plein de fantaisie où chacun peut dénicher de quoi satisfaire ses envies. Le site est une vraie mine et le concept très original. C’est bien simple : j’ai eu envie de tout acheter !
J’ai finalement craqué pour le petit flocon personnalisable récemment mis en vente sur l’e-shop. J’ai choisi le modèle pailleté et c’est le prénom de mon fils qui orne ce petit objet de bois délicat, léger et lumineux.
Je sais que ce flocon appartient désormais à notre patrimoine de noël. Il trouvera sa place, année après année, sur notre sapin. Un jour mon fils se dressera sur la pointe des pieds et l’accrochera lui-même sur une branche, des étoiles plein les yeux. En attendant, ce sera déjà cette année son deuxième noël. Et il me tarde !

les petites découpes théodore

L’e-shop a ouvert en juillet 2013 mais vous pourrez également retrouver Lora à La Boutique Ephémère (Galerie Joseph, 7 rue Froissart dans le 3ème arrondissement) les 14-15-16 décembre pour les derniers achats de Noël.

L’aubergine est bien divine

 

Quand j’étais enceinte de Mia, j’ai eu la chance d’être entourée de mamans elles aussi enceintes ou jeunes accouchées. Pas forcément dans la vraie vie mais principalement sur internet. Et leur existence a été un soutien indéfectible de la grossesse au jour J, du day one à aujourd’hui. Il y en a une que j’ai rencontrée alors que je trainais encore un gros ventre et qu’elle venait à peine de démouler : c’était Aubergine (inutile de vous préciser que ce n’est pas son vrai prénom, qui est beaucoup plus poétique, mais un pseudonyme bien choisi). On avait échangé, et puis on s’était perdues de vue (c’est à dire que j’ai accouché aussi et que dans ces cas là, le temps de voir des copines se réduit considérablement) et puis on s’est retrouvées sur la toile (twitter en fait).

Aujourd’hui encore, on ne se parle pas beaucoup (et on ne se voit jamais) mais je suis avec attention les péripéties de sa petite famille comme celle d’une cousine un peu éloignée mais que j’aime bien quand même. Il y a quelques mois, ladite Aubergine a commencé à fabriquer des bijoux pour ses amies puis à les vendre en ligne. Encore une fois, j’avais suivi l’affaire d’un œil avant de craquer la semaine dernière : il me fallait un de ses bracelets. Pourquoi ? D’abord parce qu’ils sont très jolis, ensuite parce qu’ils sont sur-mesure et surtout parce que j’aime savoir d’où viennent le peu de fantaisies que je m’accorde. Je les préfère même avec une histoire et un humain derrière, un humain que je peux nommer. En l’occurrence avec ce bracelet (en cuir bleu et beige et qui s’accorde avec tout), je pense à mon choix d’être mère envers et contre tous (et tout) mais pas que. L’aubergine est une fêtarde et elle n’oublie pas d’être ce qu’elle est, c’est aussi ça qu’il représente ce bracelet.

Attention supplémentaire qui m’a fait sortir mon mouchoir, la présence dans le paquet d’une version miniature de ce même bracelet pour ma fille. D’accord, j’ai les hormones en folie mais ce geste a sûrement été l’attention la plus délicate et la plus touchante que j’ai eu le plaisir de recevoir depuis des semaines… de la part d’une fille qui parle de bites toute la journée, vous en conviendrez c’est cocasse. Et puis en fait non, c’est complexe et riche et beau, un peu comme elle.

Bref, si ses bracelets (ou son humour) vous intéressent, vous pouvez la contacter via twitter ou sur sa page Dawanda. N’hésitez pas c’est une crème (et un bracelet/collier/headband sur mesure, c’est un cadeau qu’on n’oublie pas)

Les fleurs

 

Alors que je vais bientôt quitter Paris, l’envie de revisiter ces lieux qui vont me manquer me vient. Bien sûr, je ne serais jamais loin et il me sera très facile de revenir prendre le bon air de la Capitale aussi souvent que ça me chante mais comme me l’a dit Elo hier « ce ne sera plus pareil ». J’ignore vraiment pourquoi mais peut-être parce que j’aurais tourné le dos une fois de trop à cette maîtresse exclusive qu’est Paris, que j’aurais tourné la page, que j’aurais une vie d’adulte (enfin) ailleurs.

C’est pourquoi il me parait important de vite transmettre mon « savoir » de parisienne avant de quitter les lieux. De revoir en esprit ces 6 ans de bons et de mauvais souvenirs (je vous fait grâce des mauvais), de revivre par écrit une dernière fois ces lieux où pour certains j’ai été une habituée.

Aujourd’hui, je vous parle donc de la boutique Les fleurs près de Bastille (un bon spot puisque c’est tout près du hammam où Elo et moi avons nos habitudes et juste à coté de Mum and Babe, le salon de coiffure de celles qui ont la classe… et un bébé). C’est une boutique que j’ai découvert par hasard, au gré de mes pérégrinations et surtout au moment où il m’arrivait de errer sans but dans la ville pour cause de dépression post partum. Et je peux vous dire ce lieux a largement de quoi vous en guérir de la dépression. Malgré son site foisonnant mais un peu foutraque (j’attends avec impatience qu’ils mettent en place un véritable e-shop), Les fleurs est un lieu d’accueil, un lieu où tous les objets, les bijoux, les cadeaux que vous n’avez jamais osé faire ou vous faire sont entreposés pèle mêle. Bref un de ces endroits où on peut passer des heures, à essayer des colliers-montre à cadran, jouer avec des tampons rigolos, s’extasier devant les boîtes de rangement à masking tape et tout un tas de choses que l’on a même jamais osé imaginer (les moules à gâteaux moustache). C’est aussi un endroit girly à souhait et souvent surpeuplé et ça m’a fait du bien de partager mes coups de cœur d’un instant (ou de plus longtemps) avec de parfaites inconnues, à se jauger pour savoir qui craquerait la première.

Je vous invite donc à découvrir cet espace dédié au plaisir (des yeux, des oreilles, du cœur) et aux délires le plus vite possible si vous ne le connaissez pas déjà… vous m’en direz certainement des nouvelles.

 

Les Fleurs

6, passage Josset 75011 Paris

Oh Dear…

Le week-end dernier je me baladais dans Paris avec mes parents venus nous rendre visite et j’ai eu un gros gros coup de cœur. Ce n’est pas très original, j’aime les passages, ces tunnels vers un autre temps qui se cachent dans des quartiers de caractère et recèlent souvent de très bonnes surprises (il y a qu’à voir ce magasin de jouet génial tout au fond de la galerie du musée Grévin). Et donc, comme ça ne m’arrive jamais (ce n’est pas une blague), je suis restée scotchée devant une boutique de bijoux.

Les bijoux, c’est facile, je n’en porte pas. Hormis mes bagues fétiches qui changent constamment de place et mon alliance de femme mariée et fière de l’être, je ne peux en effet pas me permettre de sortir la quincaillerie avec une pucette de bientôt 10 mois qui tire sur tout ce qui dépasse. J’y ai même laissé ma crinière c’est pour dire. Et donc, en connaissance de cause, je ne m’arrête plus sur les boutiques de filles puisque ce ne serait pas très raisonnable.

Et bien, cette boutique, qui a fait pétiller mes yeux pendants de longues minutes et m’a entendu m’exclamer d’une longue suite de « oh » et de « ah », m’a conquise. La boutique Dear au 8 passage du Grand Cerf (désolée pour les non-parisiennes… MAIS LA BOUTIQUE A UNE E-SHOP !! Elle est pas belle la vie ?) m’a tellement renversée que j’en suis repartie avec un adorable bracelet (restriction budgétaire de Noël oblige). Je me suis tout de même promise de revenir très vite avant que les adorables pièces uniques ne soient volées (achetées) par d’autres (je pense à ces quelques headbands, bijoux de têtes oui je sais, qui ont fait tourner la mienne). Je partage l’adresse quand même parce que je suis très sympa (et parce qu’elle n’est pas secrète non plus)… vous me remercierez plus tard. J’ai deux-trois adresses comme ça dans ma besace de boutiques un peu fourre-tout où l’on ne trouve que du merveilleusement futile, je pense à vous faire partager ça à l’occasion.

PS : Cher Papa Noël, je finis cette article par mes chouchous de l’e-shop. Je sais que tu captes l’internet au Pôle Nord (on est quand même en 2011) donc j’espère que tu as un compte paypal bien garni, ou des nains très habiles pour me faire des copies (mais ça j’y crois pas trop). Je croise les doigts pour voir ces merveilles sous mon sapin (un sapin rouge et or cette année). Bisous.

LE SAC CALAME (le vert est à tomber) de Sophie Meuriss 89 euros.

LES BOUCLES D’OREILLES ART DECO d’Anne-Sophie Rué 19 euros

Ou encore LA BAGUE MONTEE AVEC UN CADRAN DE MONTRE ANCIEN de Séverine Personeni 33 euros

J’arrête ici de me faire du mal, vous pouvez retrouver toutes ces merveilles et bien d’autres sur l’e-shop et dans la boutique à cette adresse : 8 passage du Grand Cerf dans le 2ème arrondissement de Paris.