J’aime – J’aime pas (du mois de septembre)

fraises

J’aime

– Mia qui part à l’école avec sa petite veste de grande fille et son sac à dos fluo. Elle est fière de faire ce trajet avec son père ou moi, fière de nous laisser devant la porte de la classe où elle fait « du travail ».

mia

– Adam qui a grandi. Les pleurs de bébé ont laissé place aux caprices de petit garçon mais en parallèle c’est aussi notre relation qui s’affine, notre compréhension l’un de l’autre qui s’améliore. Et je l’aime de plus en plus ce petit garçon qui danse et qui adore les câlins (et les pizzas).

adam

– Les marques que nous prenons dans la nouvelle maison. On lui découvre de petits défauts et en même temps, elle nous convient parfaitement avec ses escaliers durs à monter en fin de journée (mais qui nous permettent de tous avoir notre intimité), son carrelage déjà mainte et mainte fois baptisé au jus d’orange, son parquet ancien avec une seule latte qui grince. J’aime sa singularité et ses aspérités, je m’y sens bien et je crois que je peux en dire autant pour les autres membres de la famille.

– mon corps en ce moment. Je n’ai toujours pas perdu les 5 kilos qui alourdissent ma silhouette mais je ne suis plus tellement décidée à les perdre en fin de compte. Je suis bien.

– Les fraises du nord que nous trouvions au marché du bout de la rue et dont nous nous sommes régalés jusqu’au bout de la saison.

– Les trains et les gares qui font mon quotidien et confirment que je prends mon envol, professionnellement comme personnellement.

– La complicité qu’on retrouve ensemble. Après le stress du déménagement, des budgets, du quotidien, nous voici sur de bons rails, prêts à profiter de cette nouvelle vi(ll)e à deux.

– Le véritable traiteur italien du bout de la rue

Je n’aime pas : 

– Ce sentiment qui grandit chez moi que dans la blogosphère il faut toujours faire plus, mieux que les autres. Je n’ai pas le temps d’enchaîner les opérations de comm, les rencontres avec les marques, les articles cucul, et d’autres choses encore. Tout est sujet à critique et à compétition et c’est de plus en plus fatiguant.

– Ne pas avoir trouvé de mode de garde pour Adam. Il me faudrait du temps pour entamer les démarches, harceler la mairie, écrire des kilos de lettres désespérées… et je n’y arrive pas.

– La fatigue qui s’accumule chez Mia à cause de nouveaux rythmes scolaires. Elle est épuisée et je la sens à fleur de peau. Les crises de larmes se multiplient en soirée, elle est inconsolable sans qu’on sache pourquoi (elle même l’ignore) et se couche parfois sans manger. Je ne sais plus quoi faire.

– Ne plus prendre le temps de faire mon propre pain. C’est l’inconvénient de cette vie passionnante et bien remplie, je n’ai plus de temps pour les petits plaisirs.

– Avoir la preuve de mon insécurité émotionnelle quand je commence un nouveau travail. J’ai tellement besoin d’être rassurée que j’en deviens toxique. C’est insupportable à vivre pour ceux qui m’entourent… et pour moi.

– Être si loin de mes parents et savoir que, maintenant, nous allons moins nous voir.

– Qu’on me donne l’impression que je ne suis pas « une bonne mère » alors que j’ai le sentiment de faire tout (ce qui est en mon pouvoir) pour eux.

Les envies de décoration et d’aménagements intérieurs qui stagnent parce que pas le temps et pas le budget.

Au final, encore une fois, faire ce genre de liste permet de se rendre compte que l’essentiel est dans le positif. J’aime ma famille, mes enfants, mon compagnon et même les deux chats un peu stupides qui mettent de la vie dans la maison. J’aime les détails, j’aime les projets, j’aime la douceur de vivre d’ici et la chaleur et les amis. J’aime me sentir vieillir et ne pas en avoir honte. Je l’aime, lui. Ce n’est pas parfait mais c’est un équilibre à notre image, précaire et fragile et en même temps tellement brillant et joyeux. Je profite, je ne veux pas passer à la prochaine étape. Ce moment est précieux. Je le savoure. Et chaque jour qui passe est une confirmation : la vie est douce.

Vers le Nord

bourse

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/155038908?secret_token=s-42PsD » params= »color=77d1c5&auto_play=false&hide_related=false&show_artwork=true&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

Après 48h d’attente insoutenable, de stress et de colère, nous avons appris que notre nouvelle vie serait bien lilloise. Thomas a eu un poste dans l’agglomération lilloise dans un lycée qui semble lui aller comme un gant. Il a fallu passer à l’étape supérieure. Celle de la recherche du nid.

C’est amusant comme j’imaginais cette étape avec légèreté, moi qui ai pourtant expérimenté les méandres de la location parisienne plusieurs fois. À nouveau, il faut remplir un dossier. Imprimer des pages et des pages de preuves simples et lisibles de notre bonne volonté à payer un loyer raisonnable mais conséquent.

Parce que nous avons décidé de louer une maison. Une maison avec un tas de chambres. Assez pour que chacun ait la sienne, même les amis en visite. Une chambre-bureau pour reconnaître enfin le travail que je produis à la maison. Et celui de Thomas aussi. Une pièce comme une place dans notre cœur pour les surprises et les imprévus.

J’ai hâte d’y être.

En moins de 24h, nous avons arrêté de stresser pour l’annonce de mutation, commencé à angoisser pour la location et trouvé deux maisons très convenables à visiter pour samedi prochain. J’aime que ça aille vite. Comme si la machine était déjà lancée dans une course folle mais évidente. Une fuite passionnée et logique. Sur des rails.

Dans une poignée de photos, je me projette. Je sais ce que je veux et ce que je ne veux pas. Il y a la maison idéale mais pour laquelle je n’ai aucune idée de décoration et il y a le deuxième choix où je sais déjà quels cadres je veux installer aux murs. C’est un choix du cœur. J’ai fait des listes de priorités, je sélectionne les annonces qui y correspondent mais au final c’est mon inconscient qui parle. C’est mon ressenti, tout sauf raisonnable, qui s’exprime.

Dans cette maison, notre première maison, je veux construire quelque chose. Je veux qu’on s’y sente bien. Je ne cherche plus 4 murs avec un prix raisonnable et proche du métro. Je vais me faire un plaisir d’être de ces chieuses qui cherchent de l’atypique et du cachet. Souhaitez moi bonne chance.

Un noël solidaire avec MyLocal Project

noel

Noël, saison de la générosité et du partage ? Nous sommes de plus en plus sollicités par différents organismes pour donner quelques sous, et particulièrement pendant la période des fêtes de fin d’année.
Les temps sont difficiles pour tout le monde mais je voudrais vous parler aujourd’hui d’une association et d’une initiative qui me tiennent particulièrement à cœur. MyLocal Project est une jeune association fondée par mon ami Antoine et sa collaboratrice Valérie et propose un concept original : soutenir des projets de développements durables partout dans le monde en s’appuyant sur des acteurs locaux de la solidarité.

localproject2

Pour Noël, MyLocal Project vous facilite la vie dans la course aux cadeaux en proposant un présent joli, unique et solidaire : une boule de Noël entièrement personnalisable qui n’est pas qu’une simple décoration ! En l’offrant vous offrez aussi un don de 10 ou 20 euros que l’heureux destinataire peut utiliser, grâce à un code spécial, pour soutenir le projet solidaire de son choix sur le site de MyLocal Project.

boule2

boule3

Le petit plus sympathique ? En commandant cette boule-qui-fait-du-bien vous pouvez envoyer à l’association une photo de la personne à qui vous souhaitez offrir le don et elle retrouvera son portrait (joliment) dessinée sur la boule.

Je vous invite à visiter le site de l’association afin de découvrir l’ensemble de ses projets. Valérie et Antoine ont besoin de nous pour faire avancer leurs actions au Maroc, au Vietnam, au Cambodge ou encore à Madagascar. Leur générosité ne peut rien sans la notre !
Je disais hier que j’étais frappée par l’esprit de noël comme on est frappé par la foudre. Quoi de mieux pour honorer la magie de Noël que de faire un beau geste de solidarité ?
A vos claviers ! J’entends tinter les clochettes du traineau du père noël au loin…et je suis certaine qu’il reste de la place dans sa hotte pour une boule de Noël MyLocal Project.

Noël avec Les petites découpes

étoile de Noël Théodore

J’aurai l’occasion d’en parler à nouveau ici mais Noël est le moment de l’année que je préfère. Je crois même que si on me demandait quelles sont mes passions je pourrais répondre (au milieu du reste) : Noël !
Je possède des décorations anciennes, familiales, auxquelles je tiens comme à la prunelle de mes yeux. Je suis toujours à la recherche de nouveaux éléments pour agrémenter notre sapin, nos murs, notre quotidien pendant cette si jolie période.
Il y a quelques mois j’ai découvert et eu un véritable coup de cœur pour les créations des Petites Découpes.

Lora Fallot, designer produit, a ouvert son atelier près de Nice en janvier 2013. Elle dessine, conçoit et fabrique des bijoux, objets de déco ou de papeterie mais propose également un service de découpe et gravure laser sur différents supports pour particuliers et professionnels. Cuir, bois, feutrine, plastique, papier : les possibilités sont infinies et le résultat unique. Des colliers graphiques côtoient des bracelets fantaisistes et l’on trouve même d’incroyables clips à chaussures que Lora conçoit avec sa partenaire Nora Kolasa et commercialise sur le site LO&NO.

les petites découpesLes petites découpesLes petites découpesLes petites découpes - Clip

Un univers décalé et plein de fantaisie où chacun peut dénicher de quoi satisfaire ses envies. Le site est une vraie mine et le concept très original. C’est bien simple : j’ai eu envie de tout acheter !
J’ai finalement craqué pour le petit flocon personnalisable récemment mis en vente sur l’e-shop. J’ai choisi le modèle pailleté et c’est le prénom de mon fils qui orne ce petit objet de bois délicat, léger et lumineux.
Je sais que ce flocon appartient désormais à notre patrimoine de noël. Il trouvera sa place, année après année, sur notre sapin. Un jour mon fils se dressera sur la pointe des pieds et l’accrochera lui-même sur une branche, des étoiles plein les yeux. En attendant, ce sera déjà cette année son deuxième noël. Et il me tarde !

les petites découpes théodore

L’e-shop a ouvert en juillet 2013 mais vous pourrez également retrouver Lora à La Boutique Ephémère (Galerie Joseph, 7 rue Froissart dans le 3ème arrondissement) les 14-15-16 décembre pour les derniers achats de Noël.

Tendances déco de 2013 par MH DECO

Vous le savez, mon appartement de province est autant mon lieu de travail que mon lieu de vie et j’ai peu l’occasion (ou peu envie) de sortir parcourir la campagne grise de Picardie. C’est pourquoi, pour la première fois de ma vie, je mets un point d’honneur à m’intéresser à la décoration intérieure afin de composer un espace qui ne m’étouffe pas et représente chacun des membres de ma famille. Pour ça, je m’inspire des tendances et pour 2013 on laisse tomber le pastel à foison pour un retour à la nature et des tons vitaminés… bref, par chance, quelque chose qui me ressemble. Inspiration 2013 donc, par MH DECO (en espérant que ces conseils vous plaisent et vous inspirent autant que moi) :

« Un retour à l’équilibre de la nature: un hymne à la zen attitude »

Pour contrer l’atmosphère oppressante de nos villes, rien de plus tendance que d’aménager son intérieur pour se reconnecter à la nature. Le citadin retrouvera équilibre et sérénité grâce à des matériaux nobles et chaleureux inspirés de nos jardins. 2013 sera l’année du design végétal, privilégiant des meubles en bois brut pour un univers rustique et rassurant.

Les défenseurs de la nature seront heureux de découvrir l’exotisme du bambou pour des parquets écologiques et résolument modernes. L’utilisation de matières premières telles que galets, fleurs séchées ou bois flotté feront de votre intérieur une véritable invitation au voyage. Quelques autres conseils déco sur MH DECO.

« Les couleurs de caractère: Le rouge passion et le bleu des mers »

Si les couleurs pastel vous paraissent un peu ternes, 2013 vous propose d’illuminer votre intérieur en y invitant quelques touches éclatantes de rouge et de bleu. Que ce soit sur un pan de mur, un plaid, ou un luminaire, la flamboyance du rouge apportera énergie et vitalité à votre intérieur.

Inviter une ambiance bleutée à votre décoration d’intérieur vous permettra de jouer sur des ambiances douces et salées de bords de mer. Pour parfaire son effet, on n’hésitera pas à jouer sur les contrastes en associant ces couleurs de caractère à d’autres tonalités plus sobres.

« Extravagance et mix des couleurs : Vitaminer son intérieur »

Pour réveiller un intérieur terne et fatigué, 2013 sera sous le signe de l’extravagance et de l’audace en optant pour le mélange des couleurs et des matériaux naturels. Les couleurs flashy comme le vert, le rouge, le jaune ou le bleu s’invitent en touches pour une ambiance résolument vitaminée. La douceur des matériaux en bois se mariera avec l’élégance des tons clairs et pastel pour un intérieur sobre et raffiné. En peinture sur le mur, sur meubles et accessoires, les contrastes s’affolent et imposent la tendance 2013 du too much.

Des projets plein la tête

Bientôt un an qu’on a quitté Paris pour un duplex confortable dans une région pas si éloignée mais hostile. Un an que je vis entre mes 4 murs dans un immeuble tout récent où je ne croise jamais personne. Un an que je rumine la prochaine étape. Parce que voyez-vous, à m’éloigner de Paris et à m’habituer au confort, je me suis surprise à rêver de maison.

Une maison encore un peu plus dans le nord, une maison rien qu’à nous avec des fenêtres en bois véritable, un bel escalier, assez de chambres pour toute la famille, un charme ancien et cosy, des coussins et des livres partout. J’ai des envies de jardin (tout ça parce que j’ai fait pousser 3 tomates l’été dernier), de cuisine faîte pour faire la cuisine,  de bricolages.

Finalement, aujourd’hui, nous vivons dans un entre-deux entre ce que j’appelle la ville (Paris, hein pas le « centre-ville » de Compiègne) et la campagne. Sans le confort de l’une ou l’autre situation, les inconvénients des deux. Pour mes enfants, mes chats et moi-même, j’ai envie d’autre chose et c’est assez inédit pour être souligné.

Il va certainement se passer du temps entre cette phase de fantasme où je compulse des petites annonces immobilières – et où je collecte des idées déco – et le grand saut mais je garde en tête cet objectif un peu fou. Je regarde en arrière et mon parcours me fait frémir autant qu’il me rend fière… vous m’imaginez moi mariée, maman de deux enfants, propriétaire en province ? Même ma propre mère a avoué il y a peu qu’elle ne m’avait  jamais vue comme ça… Il va falloir vous y habituer, et je dois vous avouer que ça me soulage un peu de le partager avec vous. La parisienne fait son coming-out… ouf.