lampions

Journal #2

 

Enfin, la courbe des plaisirs et des envies remonte. Après plusieurs semaines d’une interzone dont je ne voyais plus les frontières, me voilà fraîche, neuve, vivante. Ces prochains mois, le planning est chargé, je veux impérativement revoir la famille et les amis avant le prochain bouleversement : celui de l’arrivée du rejeton. Enfin, je construis, je projette, je m’offre le temps d’une pause pour apprécier ce que j’ai et ce que je vais avoir.

Pour mon couple aussi, c’est le moment d’arrêter le temps. Alors qu’une pause n’est ni envisageable ni envisagée, nous allons nous offrir autrement le temps de se retrouver : avec un voyage lointain. Je travaille d’arrache-pied pour nous en donner l’opportunité et exulte de voir que ce n’est qu’une question de semaines avant que la date définitive ne soit posée.

Pour un temps, je sens un équilibre. Peut-être est-il précaire mais  c’est tellement reposant que je compte bien ne pas en perdre une seule goutte et profiter, profiter, profiter. De mes amis, de ma famille, des évolutions de ma fille, de la complicité des deux chats. Et puis de petits plaisirs comme une bonne tasse de thé, un nouveau bracelet shoppé sur internet, une sieste, un massage, d’enrichissantes lectures, …

Mon optimisme me fatiguerait presque si je n’avais pas déjà un bébé en construction pour le faire. Celui-ci est bien décidé à ne plus se faire oublier et grandit et grossit tellement que je le soupçonne de vouloir rattraper le temps perdu. Et il a bien raison.

Les jours de grisaille se sont envolés aussi et surtout grâce à une poignée de belles personnes que je remercie. Il y a quelques semaines, je passais devant une caméra d’Arte pour parler de mon rapport aux réseaux sociaux et la journaliste m’a demandé si je faisais une différence entre mes amis de la vraie vie et mes amis virtuels. Les amis virtuels qui comptent sont souvent devenus pour moi des amis réels que j’essaye de voir mais sans obligation aucune (principalement parce que c’est compliqué à cause de la distance et des vies bien remplies), avec qui sur la toile je partage plus au quotidien que n’importe qui de ma famille ou de mes amis « de la vraie vie ». Alors, sûrement, la frontière s’est dissipée, ils sont un peu devenus ma famille. Merci à eux en tout cas qui me rappellent constamment qui je suis et pourquoi.

marchedesbebes

La marche des bébés (et des parents) 2012

 

Je vous en ai déjà parlé cette année, la marche des bébés pour soutenir la recherche contre la prématurité a lieu le dimanche 14 octobre au parc des Buttes Chaumont. Avant d’aller mouiller mon maillot, je conduis modestement une page d’appel aux dons bien trop endormie à mon goût… Seulement ma petite page s’est fait des copines et me voilà Mum in the city en compagnie de Caroline, Marie-Delphine, Marion, LMO, Mère Bordel, Maman bavarde, Madame parle, Isa, Maman whatelse, Libelul, Aileen, Carine, Johanna, Nadja, Christine, Alex, Marjolaine et leurs familles (j’espère au passage, que je n’oublie personne).

Cela ne vous empêche pas de continuer à donner, bien au contraire ! Vous pourriez très bien y gagner un chouette cadeau puisque certaines wondermamans de cette équipe de choc offriront un exemplaire de leur livre à un généreux donateur tiré au sort le jour de la marche. À gagner donc : Le journal de moi, enceinte de Muriel Ighmouracène (Mère Bordel),  50 listes pour maman débordée d’Isabelle Cantarero (mon blog de maman) et Ma grossesse en 300 questions de Marjolaine Solaro (Marjoliemaman). Ces livres seront bien entendus dédicacés.

Mes amies ont la classe mais pas autant que vous si vous mettez la main au portefeuille pour cette belle cause, celle des mamans dont la grossesse ne se passe pas aussi simplement que prévu et celle des bébés qui commencent leur vie dans un service de néonat. Merci d’avance.

MA PAGE DE COLLECTE (c’est ici qu’il faut donner)

ettoi

Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? (Vol.2)

J’avais découvert cette dessinatrice et son univers autour de « Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? » dans les les pages du magazine Fluide G. mais je n’avais pas sauté le pas de la BD intégrale me disant à tort que le sujet était quand même un peu plombant (surtout quand tu es toi même enceinte). Pourtant ce volume 2 de Véronique Cazot et Madeleine Martin (sorti en septembre) réussi le pari de traiter le sujet de l’avortement avec ce qu’il faut de légèreté et de girly pour justifier son traitement en bande dessinée.

Je ne sais pas si c’est trop un cadeau que je pourrais faire à une amie mais c’est certainement un volume que je vois bien dans les collèges et les lycées puisque le ton est vraiment approprié à des jeunes femmes qui ont besoin de conseils et de neutralité sur ces choix (parce que je vous JURE qu’au collège, elles ont déjà ce type de choix à faire). Et je la garde précieusement pour la laisser traîner subtilement (ou pas) quand Mia aura l’âge d’être concernée. Avec ses personnages et ses témoignages multi-générationnels, elle appelle vraiment au débat et à la discussion entre une mère et sa fille par exemple.

Autre point positif, j’ai eu un coup de cœur sur le dessin girly et agréable parfois bien compensé par des images un peu plus dures (il faut parfois appeler un chat, un chat… et donc le montrer) mais qui rappelle constamment que le propos est actuel et qu’il n’y a pas de tabou à avoir.

Bref, je ne peux pas vraiment vous inviter à vous divertir avec « Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? » volume 2 dont la thématique principale est la grossesse non désirée et l’avortement mais n’hésitez pas à l’offrir à votre fille ado, votre nièce ou votre cousine, à le commander si vous travaillez dans un CDI ou si vous êtes infirmière scolaire parce que cette BD est définitivement un beau de cadeau de deux femmes aux femmes plus jeunes ou mal informées et certainement d’utilité publique.

Et toi, quand est-est ce que tu t’y mets, Volume 2, éditée par Fluide G. chez Casterman : 10, 80 euros.

boite

1 an de boîtes mensuelles : BILAN

Voilà un peu plus d’un an que je commande et reçois des boîtes mensuelles. D’abord cantonnées à la beauté, j’ai pu découvrir avec les mois, des plaisirs plus gourmands, des services différents. Certaines ont déjà mis la clé sous la porte, d’autres ont changé de formule, je me suis désabonnée puis réabonnée. C’est le moment parfait pour faire un point sur les box mensuelles, mes coups de cœur, mes coups de gueule.

LES BOÎTES BEAUTÉ :

 

Bizarrement malgré les déceptions temporaires, je suis restée fidèle à Glossybox. Leur changement de prestataire au niveau de la livraison a beaucoup joué mais aussi le fait d’avoir toujours la certitude de recevoir, pour une somme modique, 5 produits qui, s’ils ne   me correspondent pas toujours, feront plaisir à quelqu’un de mon entourage. Il y a quelques jours, Glossybox a annoncé un changement de tarif (la box passe de 10 à 12,50 euros donc la commande s’élève maintenant à 15,50 euros avec les frais de port). Je suis étonnée de ce changement et je ne suis donc plus sûre de rester abonnée, parce que ces 2,50 euros ont certainement un effet psychologique qui me fait attendre plus d’eux et que je ne suis pas sûre qu’ils vont me le donner.

C’est avec Joliebox que j’ai découvert les box mensuelles à l’été dernier. Après quelques mois de lune de miel et des produits très intéressants, Joliebox m’a pourtant déçue, encore et encore, jusqu’à ce que je me désabonne cet hiver. Je ne me suis pas sentie concernée par les événements organisés par la marque, et principalement à destination de blogueuses influentes ou de modeuses, et, la seule boîte ne justifiait pas mon prélèvement mensuel. Je surveille toujours le contenu des nouvelles boîtes et cela ne fait que confirmer mon impression : entre les parisiennes qui reçoivent tout en avance et d’autres qui sont toujours mal servies, la Joliebox est une boîte trop VIP pour le commun des mortels (dont je fais partie).

Ma boîte à beauté a un positionnement différent puisqu’il s’agit d’une boîte 100% bio. Si le       contenu est donc un peu moins glamour parfois au moins a-t-on de la qualité et des produits bons pour la peau. Que ce soit pour la livraison ou le contenu, ma boîte à beauté ne m’a jamais déçue et je l’ai souvent conseillée aux femmes plus matures de ma connaissance (comme ma maman). Elle fait certes moins parler d’elle mais ça reste une valeur sûre. Un peu plus chère que ses concurrentes (en même temps, si les autres n’arrêtent pas d’augmenter leurs tarifs… ), ma boîte à beauté coute 16 euros frais de port compris.

 

C’est vers Noël dernier que je me suis abonnée avec grand plaisir à My Little Box. Chaque mois ont été riches en surprises, la boîte n’étant pas avare en petites attentions qui font toujours plaisir et en produits de très bonne qualité. Seulement après moins d’un an d’activité, My Little Box a amorcé un tournant ce mois ci en changeant son contenu, au programme moins de beauté et plus de contenu. Le résultat après la réception de cette boîte sur le thème de la couture (et donc de la mode) : beaucoup d’abonnées déçues qui se sont retirées du jeu. Personnellement, je donne encore à My Little Box un ou deux mois pour me convaincre mais je reste sceptique quant à l’intérêt de recevoir des mini-livres (avec une grosse quantité de contenu à visée publicitaire) sur des sujets que je ne choisis pas ou des conseils mode que je suis sûre de ne jamais suivre. La boîte qui était à l’origine la plus chère est à 15,50 euros par mois (une moyenne maintenant) mais le site ne ment pas, s’il fallait des mois d’attente pour recevoir sa première boîte en début d’année à cause d’une trop grande demande on peut désormais commander celle qui arrivera dans 15 jours…

LES BOÎTES GOURMANDES :

 

 

Depuis la rentrée, les boîtes à cuisine fleurissent mais Gastronomiz est bien la première à avoir fait son entrée sur le marché. C’est pourquoi je l’ai essayé et finalement adopté. Avec sa thématique mensuelle (à laquelle elle se tient très bien), son service impeccable et les découvertes que je lui dois déjà, Gastronmiz est une boîte qui convient parfaitement aux gens qui traînent déjà un peu dans leur cuisine (il ne faut pas se mentir) et qui motive bien à enfiler le tablier pour essayer les produits. C’est simple, pour l’instant, j’ai toujours terminé mes boîtes avec grand plaisir et dans un laps de temps limité. Comme le packaging est différent des boîtes beauté (plus conséquent), la Gastronomiz accuse un coût de 17 euros par mois… et elle les vaut largement.

 

La dernière des boîtes que j’ai testé est la Thé Box. Malgré son nom peu poétique, c’est en quelque sorte ma chouchoute. D’abord, j’adore et je collectionne ses boîtes que je trouve sublimes mais en plus je me régale des découvertes qu’elle propose tous les mois. Plus de 25 dégustations de thé par mois (et quelques chouettes surprises gourmandes) pour 15,50 euros c’est finalement donné. Un soin considérable est mis dans les petites attentions (très belles cartes postales et marques pages ainsi qu’un livret de dégustation très bien fait) et c’est une boîte qu’on peut offrir à un proche les yeux fermés. La Thé Box devrait avoir de la concurrence dans les prochains mois (au moins deux nouvelles box sont attendues sur le simple thème du thé) mais, pour moi, elle est indétrônable.

Le concept de boîtes mensuelles a encore de beaux jours devant lui même si on voit bien que, sur la durée et sans un effort de qualité suffisant, il s’essouffle un peu. J’ai écris cet article en constatant que j’avais peut-être fait le tour des boîtes beauté et que j’ignorais si cette nouvelle habitude de consommation allait me rester sur le moyen terme. Une chose est sûre, il est aussi facile de s’abonner que de se désabonner, d’être enthousiasmée que d’être déçue. Certaines marques devraient prendre ce facteur en compte avant de prendre des décisions hasardeuses ou de négliger le service client. Parce que sur internet plus qu’ailleurs, le client est roi.

miacreme

Crème vanille

Je travaille à la maison et je m’occupe aussi de Mia, c’est mon quotidien. Celui pour lequel je suis grandement épaulée par mon mari, mes deux chats et toute une communauté de mamans sur la toile. Je travaille donc mais j’essaye de ne pas oublier la relation que nous sommes en train de construire avec ma fille avant l’arrivée de son petit frère. On partage des moments qui n’ont pas de prix et qui seront plus rares à l’avenir c’est pourquoi je veux au maximum cuisiner avec et pour elle, lire des histoire et me taper en boucle un épisode de Trotro (ses préférés se comptent sur les doigts d’une main) pendant 20 minutes.

Hier, j’ai eu envie de lui préparer une gourmandise pour le goûter : une crème à la vanille (façon Danette) qu’elle pourrait manger toute seule, comme une grande. J’ai fouillé un peu sur internet et dans mes placards et voici donc ma version de la crème à la vanille familiale (testée et approuvée par Mia, Monsieur et les deux chats).

CRÈME À LA VANILLE

30g de maïzena, 4 jaunes d’œufs, 1L de lait entier, 20cL de crème liquide, 100g de sucre, 3 belles pincées de vanille en poudre.

Mélangez dans un saladier, la maïzena, la vanille, les jaunes d’œufs, le sucre et 20cL de lait entier. Dans une casserole, faîtes chauffer le lait restant et la crème. Quand le liquide est chaud (pas bouillant), le verser sur la préparation en fouettant. Remettre le tout à chauffer à feu moyen tout en continuant à fouetter. Il faut bien compter 15 minutes avant de voir le mélange s’épaissir et former une belle crème dessert.

Quand la texture vous convient, transvasez le tout dans de petits ramequins et laissez refroidir. À température ambiante d’abord puis au réfrigérateur (en couvrant bien). De temps en temps, pensez à remuer la crème pour éviter la formation d’une peau au dessus.

La crème peut se conserver plusieurs jours mais elle a duré quelques heures à peine chez nous, les gourmands ayant eu raison d’elle.

tommeetippee

Pas de doute sur les biberons (GIVEAWAY)

 

Pour Mia comme pour le rejeton, c’est et ce sera toujours Tommee Tippee. Découverts par hasard il y a maintenant 2 ans, les biberons de la marque ont su conquérir le cœur de ma fille et de son papa (qui lui donnait la nuit) si bien qu’au fur et à mesure de sa croissance ils ne nous ont pas lâchés. C’est même encore eux qu’on dégaine pour le petit déjeuner ou le goûter. Alors c’était évident que notre fils à venir allait être logé à la même enseigne (et quelle enseigne !). Avec leur forme ergonomique qui rappelle le sein maternel, ils sont aussi beaux que faciles à nettoyer et jamais nous n’avons eu à déplorer de rejet de la part du bébé ou de couac.

Mia a son stock de biberons fétiches et le rejeton a déjà une belle dizaine de biberons neufs Tommee Tippee qui l’attendent sagement dans sa chambre pas encore aménagée. C’est juste le premier achat que nous avons fait pour lui, une façon de l’inscrire dans le réel mais aussi dans l’histoire et les souvenirs de notre famille. Il y a les biberons mais c’est en fait toute la boutique que nous avons acheté avec les années : des bavoirs, des cuillères d’apprentissage, des tasses, un stérilisateur et des trucs-à-mordre-quand-les-dents-sortent. Jamais une déception, jamais une mauvaise surprise. C’est certainement la seule marque à laquelle nous sommes restés fidèles de bout en bout depuis le début de notre aventure de parents.

 

C’est parce que je suis une inconditionnelle que je vous propose de jouer aujourd’hui pour 4 biberons colorés de votre choix (rose ou bleu) 340mL Tommee Tippee (bien sûr) ainsi qu’un goupillon assorti (toujours rose ou bleu). Enceinte, jeune maman ou même papa (parce que les papas donnent aussi le biberon, et heureusement) laissez donc ici un commentaire pour me parler de votre choix de biberon : A t-il été facile ? Avez vous choisi la marque au hasard ? Est ce que vous avez changé plusieurs fois avant de trouver la perle rare ?

EDIT du 2 octobre : C’est COSTA qui remporte le lot de 4 biberons + 1 goupillon Tommee Tippee. Bravo à elle et à bientôt pour un nouveau giveaway.

EDIT du 20 novembre : Après plusieurs sollicitations, COSTA n’a pas donné signe de vie. Un nouveau tirage au sort a donc eu lieu et la nouvelle gagnante a été contactée par mail. N’oubliez pas de mettre une adresse mail valide ET active quand vous participez à un concours.

femmes_debordees

Une maman organisée

 

Déjà 6 mois de grossesse et je découvre déjà mes super-pouvoirs de maman multipare. Il faut dire que ça me connait l’organisation, comme hobby et comme angoisse aussi. Pour ne rien oublier, je fais des listes. Et en faisant ces listes, je découvre des tonnes et des tonnes de nouvelles choses à préparer auxquelles je ne pensais plus. Noël est déjà dans ma tête, pour la simple et bonne raison que je préfère éviter de me retrouver avec un découvert monstrueux au mois de décembre et que j’échelonne mes achats sur plusieurs mois. Une autre raison, les livraisons des sites de ventes privées qui livrent des semaines après la commande. Comme je suis une vieille briscarde, je cherche le jouet qui fera plaisir à Mia et le commande entre fin septembre et fin octobre pour être sûre qu’il soit au pied du sapin. L’année dernière a été riche en émotions (et l’année d’avant aussi si je me souviens bien), je n’ai aucune envie, grosse baleine que je serais à coup sûr, de courir après des services clients et autres livreurs peu professionnels. Voilà pourquoi les listes de cadeaux sont déjà en partie finies, avec une place pour l’improvisation et une autre pour le DIY (il me faut du temps pour FAIRE les choses, j’aurais peut-être du commencer au printemps).

Et s’il n’y avait que Noël, mais non. Avec la naissance du rejeton (planifiée entre Noël justement et le 20 janvier), il me faut aussi préparer de petites attentions pour la future grande sœur (j’adore cette idée et elle risque de passer quelques jours chez ses grands parents au début) et penser à son anniversaire aussi (le 18 janvier). L’inconvénient d’avoir deux accouchements proches de Noël c’est de devoir penser à dispatcher les cadeaux, envoyer les bonnes listes à la famille, éviter au maximum les excès… et pour ça il faut bien commencer en octobre.

Ce week-end j’ai aussi déterré notre agenda familial, un cahier façon « bonne résolution » des vacances qui avait été à peine rempli puis oublié sur le bureau. Avec les rdv à la clinique, chez la sage-femme, chez le pédiatre, chez le vétérinaire (avec deux chats, on n’y coupe pas), les soirées de monsieur, les derniers week-ends en déplacement à profiter de nos amis ou de la famille avant d’être un peu assignés à résidence, l’agenda s’est avéré vite utile et surtout vite rempli. Il faudra juste penser à le ressortir régulièrement et à le mettre à jour !

Le rendez-vous de la semaine dernière avec Samia, ma sage-femme, a eu un effet positif sur mon moral et sur mon physique mais aussi sur le fait que je suis maintenant d’attaque à affronter les prochains mois avec sérénité et énergie. Je sais déjà que certaines choses vont passer à la trappe, que je vais devoir faire des concessions, que si le facteur de surprises avec un bébé est déjà énorme avec deux ça risque d’être carrément ingérable, mais je me veux aussi super-maman qui n’oublie pas les fêtes, les anniversaires, les petites attentions. Et je le veux avec mes enfants, mais aussi mon mari et mes amis… bref, j’ai du pain sur la planche.