sapin

Patchwork #16 (Noël)

D’année en année, Noël devient de plus en plus beau. C’est l’effet Mia, certainement. De sa naissance qu’on attendait, à un bébé gâté mais vite désintéressé par ce qui se passait, nous sommes entrés dans une phase joyeuse, festive, un peu folle. Mia qu’on habille en petite fille modèle, qui se montre patiente pour l’ouverture des cadeaux mais les demande néanmoins de sa petite voix fluette qui me fait craquer. Et puis voir son visage s’illuminer quand elle découvre des jouets de ses séries préférées. La voir profiter de ses grand-parents qu’elle adore, de ses derniers moments de fille unique avant de devenir une grande sœur. Notre dernier Noël à 3, avant le Noël à 4. C’est dans ces moments que l’on prend la juste mesure du temps qui passe. Et il passe bien.

 

Tellement de paquets

 

Belle bûche (à la framboise)

 

Dernière sortie de mes chaussures fétiches avant un moment

 

Le ventre, lui aussi, est festif

 


 

Et merci à Marjoliemaman et Miss James pour cette idée de journal en images. Rendez-vous la semaine prochaine pour la suite.

hepar

Hépar, mon partenaire grossesse

 

Ce n’est certainement pas l’article le plus glamour de la semaine mais je profite de cette fin de grossesse pour aborder les sujets qui importent vraiment aux femmes enceintes c’est à dire des choses très triviales comme les vergetures, les hémorroïdes et par extension le transit. Dans ce sens on peut comparer les femmes enceintes à de très vieilles personnes qui passeraient leurs journées à se plaindre (intérieurement ou à haute voix) de petits soucis permanents. Ce n’est pas drôle, c’est malheureusement très courant, la fin de grossesse (globalement le troisième trimestre) est le théâtre de gros problèmes digestifs qu’il convient de résoudre le plus naturellement possible.

Alors on mange des fruits (mais pas trop, ça fait grossir), on achète des paquets de céréales « qui font aller » (mais c’est assez rébarbatif au niveau du goût, et c’est un peu la honte à la caisse du supermarché), on grignote des pruneaux, on supprime les aliments à fort pouvoir constipant et ON BOIT DE L’EAU. Beaucoup d’eau. Genre au moins deux litres par jour. Mais attention, encore une fois il y a des pièges. Il y a de l’eau qui est plus efficace que les autres (et il y en a même qui ont l’effet inverse de celui recherché). Et dans la liste des eaux conseillées aux femmes enceintes, vous avez Hépar.

Concentrée en magnésium, elle lutte efficacement contre les problèmes de constipation, c’est un fait. Pour avoir un peu vécu le problème ces derniers mois, je sais bien que dans ces cas là on a un peu envie de tout essayer (et c’est globalement le conseil que je vous donnerais) d’autant plus qu’aucune solution vraiment médicale n’est possible dans cet état et que le peu de médication donné aux femmes enceintes (genre les compléments alimentaires et le fer en particulier) aggravent de façon notoire la constipation. C’est un problème qui peut s’avérer vraiment désagréable au quotidien, à fortiori avec un gigot dans le ventre c’est pourquoi je vous conseille toutes les solutions énoncées plus haut si vous en êtes atteintes ainsi que d’intégrer l’eau d’Hépar à vos habitudes.

C’est testé et approuvé et c’est pour ça que je vous en parle. Et aussi parce que j’en ai un peu marre de l’attitude générale qui consiste à conseiller aux femmes enceintes de prendre leur mal en patience jusqu’à l’accouchement. Non, malheureusement, vos désagréments de la grossesse ne vont pas tous s’envoler comme par magie le lendemain de l’accouchement. Certains vont empirer, d’autres apparaître. En bref, personne ne vous aidera vraiment et c’est pourquoi je vous conseille sans réserve de ne rien laisser traîner. Ne prenez pas votre mal en patience, ne souffrez pas en silence. Tentez des choses, et gardez un maximum ces bonnes habitudes pour l’après. Vous n’avez aucune raison de le regretter, ça c’est sûr.

chat

Joyeux Noël à tous !

 

Le temps passe si vite et je dois vous souhaiter encore un très joyeux Noël alors qu’il me semble que c’était hier que je clôturais le calendrier de l’avent 2011. C’est mon deuxième Noël enceinte (pas de suite, heureusement), le premier où je pose mon sapin hors de Paris depuis des années. Il me vient des envies de bilan alors que ce n’est au programme que la semaine prochaine. Je vais donc tâcher de ne pas trop y penser, penser au temps qui passe, aux gens qui passent, pour me concentrer une poignée d’heures sur l’essentiel en cette période de fêtes : les yeux écarquillés (car ils le seront) de Mia, sa gourmandise que nous ne refrènerons pas, la famille presque réunie, les lumières du sapin et mon fils à venir.

Je vous souhaite très sincèrement à tous un très beau Noël, votre présence à mes cotés toute l’année me porte et vous méritez déjà pour ça de passer une journée magique avec vos proches. Je vous souhaite aussi beaucoup de rires, peut-être des larmes de joie, une table bien garnie et la générosité du Père Noël. Aujourd’hui, plus encore que les autres jours, je vous souhaite d’être heureux. De mon coté, je vous promets de tout faire pour en tout cas.

socks

Préparer l’après…

 

C’est déjà le moment de penser à l’après. L’après Noël, l’après grossesse, l’après tout ça. Dans mes to do listes il y a maintenant quelques lignes dédiées à l’organisation de ces premiers moments. Des réserves de nourriture pour moi à faire principalement, des dossiers à préparer pour simplifier le milliard de procédures administratives à enchaîner après l’accouchement. Je me sens à peine enceinte que me voilà déjà en pleine mutation de multipare.

Si physiquement je ne suis plus (trop de boulot, pas de temps prévu pour souffler), j’essaye tant bien que mal de me préparer psychologiquement à ma nouvelle vie de maman de deux enfants jeunes. Je collecte les derniers objets qui devront me simplifier la vie (dernier achat en date : un splendide sac à langer/à main hyper pratique), je me contraint à une discipline de fer pour tout ce qui est organisation. C’est la tactique que j’ai choisis de tester en premier, celle de documentaliste de ma vie. Chaque activité à faire, chaque tache du quotidien est consignée dans mon petit carnet violet qui ne me quitte plus. Avec lui, je sais où, quand, comment faire les choses (et surtout si je les ai faîtes ou pas). Parce que je sais qu’au début on perd vite la tête, même sur l’essentiel. Déjà maintenant, je ne distingue plus les jours (qui se ressemblent tous), je vis des semaines à l’avance et me perd finalement (parce qu’il faut tout planifier), cette naissance je l’attend aussi comme une promesse de retour sur la terre. Les deux pieds ancrés dans une réalité triviale mais finalement reposante.

J’ai ma coach aussi, enfin c’est la nouvelle attribution que j’ai donné à ma sage-femme préférée. Les dernières heures que nous avons (et que nous allons) passer ensemble ont été consacrées à mon état d’esprit, aux erreurs que je ne veux plus commettre, aux bonnes résolutions que je souhaite tenir. Il y a des utopies bien sûr mais je veux essayer d’écouter plus mon corps, de ne plus me faire dicter des codes qui ne me conviennent pas. Et plus que tout, je veux pouvoir prendre une douche par jour et ne plus « oublier » d’aller faire pipi quand l’envie se fera sentir.

À vrai dire pour l’instant, il n’y a que des idées et des concepts, des mots sur le papier, des dialogues éclairés mais je sais bien que mon fils se fera une joie de tout bouleverser de la voix. Je ne lui demande pas d’être aussi facile à vivre que peut l’être sa grande sœur, je lui demande déjà d’être lui, en bonne santé, heureux autant que possible. Il est fort probable que rien ne se passera comme je peux l’imaginer (et même si je fais marcher à fond mon ciboulot en quête de schémas divers et variés) et je veux être surprise. Aussi surprise au moins que je le suis en ce moment à cause de cette idée folle : l’après c’est demain et je ne suis telllllllement pas prête.

chambremialivingcolor

La vie en couleur(s) (GIVEAWAY)

 

Je vous en parlais ici, la lampe à LED de Philips, la micro LivingColors me faisait sérieusement de l’œil depuis quelques semaines. Et comme une envie de grossesse ne se discute pas, me voici en possession de mon précieux, deux exemplaires de cette merveille que je déplace partout, créant une ambiance au gré de mes envies et des besoins du moment. Dans la chambre de Mia, c’est le bleu qui s’impose. D’abord parce que c’est la seule couleur qu’elle prend plaisir à reconnaître et à nommer pour l’instant mais aussi parce que c’est une couleur idéale pour la dernière histoire du soir, la couleur du pays des rêves.

Dans notre salon, c’est le rose ou le violet qui prédomine et donne à cette pièce à vivre la chaleur que j’ai toujours eu du mal à lui insuffler. La lampe a d’ailleurs été adoptée par tout le monde (et pas seulement par Barnabé le lapin de la photo). Son format lui permet vraiment d’être glissée partout, s’adapte à tous les styles de décoration et son utilisation est simplissime. Sa barre tactile placée à l’arrière et qui permet de changer de couleur est un régal pour Mia qui se fait un plaisir de toutes les tester et de complimenter les changements par de grands « wahouuu ». Il faut dire que les 64 couleurs disponibles sont toutes plus brillantes et plus belles les unes que les autres, difficile de ne pas partager son enthousiasme.

Cette petite lampe réchauffe tellement bien l’ambiance (et uniquement hein, elle ne produit en effet aucune chaleur et est donc complètement sécurisée pour les enfants comme pour les chats) que Rob ne peut s’empêcher de s’en approcher comme il le ferait avec un feu de cheminée. Cette belle couleur orangée sied bien à son teint et semble l’apaiser suffisamment pour qu’il avance l’heure de sa sieste, moi elle me met en joie et m’incite à aller préparer des sablés de Noël en chantonnant des classiques de saison.

Il y a donc bien un lien entre lumière, couleur et moral et ces lampes nous font un bien fou. Comme Philips est très généreux il vous propose de remporter votre exemplaire de la LivingColors Micro sur ce blog. Pour cela, il vous suffit de laisser un commentaire sous cet article avant le 29 décembre à midi. Randomizer tirera le commentaire chanceux au sort et je contacterai son propriétaire par mail. Bonne chance à tous en tout cas !

EDIT : Bravo au commentaire n°21 et donc à Axelle qui remporte sa lampe LivingColors Micro. Merci à tous pour vos participations et à très bientôt pour un nouveau Giveaway !

roseeaudetoilette

Coup de <3 pour la rose de Durance

 

Il y a des souvenirs d’enfance qui restent. Les heures à compulser des vieux Picsou Magazine épais comme des bottins et écornés par le passage de génération et génération (ou juste la multitude de cousins et cousines), les confitures de fraises de ma mamie, les tartes fruitées de mon autre mamie, les cabanes dans la forêt. Pendant des années, je n’ai clairement pas été la part la plus féminine de ma bande de copains de vacances (vous remarquerez qu’il s’agissait de copains et non de copines) mais il y a une activité que je me faisais un plaisir de réitérer année après année avant le grand bouleversement de l’adolescence. Au début de l’été, je collectais les pétales des plus belles roses du jardin de mes grand-parents et je passais plusieurs jours à les faire infuser dans de l’eau pour en faire ce que j’appelais à l’époque « un parfum ». J’ai essayé plusieurs méthodes, plusieurs mélanges, plusieurs types de roses et je cachais précieusement mes préparations de peur que quelqu’un ne les découvre et ne gâche mes expérimentations d’alchimiste.

Quand j’y repense, j’ai encore en mémoire le parfum et la douceur de ces pétales et de ces mélanges artisanaux (qui tournaient pourtant bien vite au vinaigre) et c’est aussi pourquoi j’ai une tendresse toute particulière pour le parfum de la rose encore aujourd’hui. Je suis donc plus que ravie de voir que Durance, dont je vous ai déjà parlé ici, propose une gamme complète de produits à base de rose : de l’eau de toilette au savon en passant par la crème pour les mains (topissime, le petit tube a vite rejoint mon sac à main pour les urgences) et le baume à lèvres. Comme toutes les gammes, les produits sont majoritairement composés d’ingrédients d’origine naturelle et sont fabriqués en France avec une majorité d’ingrédients français. En bref, ne cherchez plus, si vous cherchez un coup de cœur olfactif, un souvenir d’enfance, un packaging soigné qui rappelle aussi la douceur d’un autre temps le tout enrobé dans une attitude éco-friendly c’est chez Durance que vous le trouverez.

Et je dis ça en passant, mais leurs collections de Noël sont toujours top (cette année dans les éphémères : petit sablé, chantilly et pétillant rosé… miam !)

look

Look de grossesse, 2ème épisode

 

On arrive au moment dans la grossesse où plus rien ne va, plus rien n’est suffisamment confortable pour envisager même d’y passer quelques heures dedans. J’imagine que cette situation est plus facile à gérer en été et où le combo petite robe + tongs est possible mais mes deux grossesses se sont finies en hiver et ce n’est pas une facilité dont j’ai pu profiter. Bref, vous êtes dans votre dernier trimestre, votre ventre commence à sérieusement pointer vers l’avant et vous ne rentrez plus dans aucune tenue, que faire ? Pour Mia, j’avais opté pour un savant mélange de leggings ou collants en laine, sous-pull et robe adaptée à toutes les saisons. J’avais chaud, j’étais (vaguement) présentable mais je me sentais un peu engoncée (et quand j’ai perdu les eaux j’ai eu un mal de chien à retirer toutes les couches).

Cette fois ci, j’ai découvert chez Véronique Delachaux, toujours, un pantalon en satin stretch effet peau de pêche (ça, ça veut dire qu’il est extrêmement doux) qui, objectivement, est le seul pantalon de ma garde robe de grossesse à ne me compresser aucune partie fragile. Je m’y sens aussi bien qu’en pyjama sauf qu’avec sa forme droite (on ne dira rien sur mes formes à moi à ce stade) et son retroussage mode je peux composer avec lui des tenues du plus casual au plus habillé.

Pour aller avec et mettre en avant son coté trendy, j’ai acheté une paire de baskets compensées noires chez Asos. Un petit craquage mode de fin de grossesse qui me servira plus tard et qui de toute façon est de plus bel effet puisque personne ne voit, quand je les ai aux pieds, les contorsions ridicules que je dois faire pour les enfiler (ma dernière activité sportive de fin de grossesse : enfiler des chaussettes et des chaussures me prend 15 minutes au bas mot). Enceinte, n’oubliez jamais d’aller faire un tour sur Asos, il y a souvent des soldes flottantes et autres offres spéciales. La collection grossesse est vraiment mode et j’avais acheté pour une bouchée de pain deux manteaux de grossesse à l’époque de ma première grossesse : l’un est devenu un manteau léger que je peux porter n’importe quand (il a une forme empire que j’adore), l’autre peut servir de manteau de portage… En gros un chouette investissement que je ne regrette pas du tout.

J’ai profité de la vente privée de la semaine dernière sur le site de Véronique Delachaux pour m’offrir un t-shirt de ceux que je pourrais remettre également après (et particulièrement dans la phase d’allaitement). D’un bleu orage (une couleur que je choisis rarement, à tort), ce t-shirt façon cache-cœur est en maille légère toute douce et qui tient chaud et sa forme particulière permet un allaitement discret (enfin, j’imagine) tout en restant classe. Pour l’instant, c’est mon gros ventre qui en profite mais je remarque quand même que les vêtements de cette marque sont facilement adaptables après la grossesse puisqu’ils ne s’abiment pas et ont des formes bien pensées dans cette optique.

 

(vous avez le droit de rire devant la différence entre la photo du mannequin et moi, n’empêche je me sens hyper bien dedans). La véritable différence entre cette grossesse et la précédente, c’est que je peux profiter de pièces qui me font plaisir et qui, dans la mesure du possible, flattent ma nouvelle silhouette. Je me sens bien dans des matières plus nobles et je n’aurais pas à jeter une dizaines de t-shirts d’hommes ou de taille oversize après l’accouchement. Toutes ces pièces trouveront une place dans ma garde-robe après, sont des basiques indémodables et me permettent soit d’aller faire mes courses (comme c’est le cas, sur les photos de mise en situation) soit de me rendre en réunion de travail soit de sortir en soirée (si j’avais la motivation). Ce genre de tenue n’est toujours pas adaptée à Mia mais globalement à part un imperméable et des bottes en caoutchouc, je ne vois rien qui supporte une petite fille de 2 ans qui prend son goûter.

La prochaine fois, je partagerai avec vous ma tenue de fête pour Noël et le jour de l’an avec une découverte sous forme de robe magique qui devrait changer votre vie et enfin, une utilisation concrète du sacro-saint bandeau de grossesse. À très vite pour le dernier épisode !