Bettina, l’histoire extraordinaire d’une précieuse petite robe

bettina

Avec Mia, nous avions précédemment dévoré La petite histoire de la robe de princesse aux éditions MiniMonde, cette fois c’est moi (ou plutôt la petite fille qui est en moi) qui est gâtée avec Bettina, ou l’extraordinaire histoire d’une précieuse petite robe. L’impératrice Plum a en effet récidivé, pour notre plus grand plaisir, et offre encore aux petites filles (à partir de 9 ans cette fois, puisque c’est un roman) un voyage dans le monde passionnant de la haute couture.

Bettina est une robe imaginée un jour par le créateur Otto. Le lecteur suit ses merveilleuses aventures du premier trait de crayon sur le papier au Festival de Cannes. Avec elle, on rencontre plusieurs pièces de mode, leurs spécificités et leurs caractères aussi. Puisque ce roman illustre avec talent l’expression « si cette robe pouvait parler… ». Bettina parle, vit, vibre.

bettina1

Et comme toujours avec l’Impératrice Plum, on découvre un monde, ses codes et son vocabulaire (mention spéciale au lexique en fin de volume).

J’ai aimé également, la probabilité d’une suite. Quand j’avais 9 ans, j’étais dingue de la série de romans Mon prof est un extraterrestre (j’étais déjà un rat de bibliothèque), parce que c’était de la SF mais surtout parce que j’avais ce plaisir à retrouver des personnages que j’aimais, comme un rendez-vous. C’est vraisemblablement ce qui semble vouloir se faire avec les aventures de Bettina (puisqu’il se finit sur un « à suivre… ») et j’apprécie vraiment ça. On est loin de l’optique de la consommation immédiate, un lien se crée sur le long terme (et même si il n’y avait que deux épisodes) entre Bettina et ses lecteurs.

bettina2

En fait, c’est un beau livre. Un livre à offrir à une petite fille (ou un petit garçon) fan de mode (ou qui pourrait le devenir). C’est un livre qui donne envie de lire, qui donne envie d’en voir plus. J’ai toujours rêvé d’emmener Mia avec moi au Festival de Cannes (quand elle sera assez grande), je pense que je lui offrirai cette lecture avant de prendre le train.

Bettina, ou l’histoire extraordinaire d’une précieuse petite robe par l’Impératrice Plum aux éditions MiniMonde           – livre offert par l éditeur –

Il faudra repartir

IMAGE1

Je ne suis pas la voyageuse que j’aimerais être. Pas en ce moment et pour une raison simple : je ne voyage pas assez. L’argent et la disponibilité manquent. C’est comme ça, pour l’instant je n’y peux rien. J’aurais aimé être exploratrice, photographe, pilote de montgolfière. Parcourir la terre, tout voir, empêcher la vie de passer trop vite en courant après le temps et les kilomètres. Au lieu de cela je suis une voyageuse bien sage.
J’aime les récits des grandes explorations, je me passionne pour les écrivains-voyageurs. Jack London est une source de ravissement sans cesse renouvelé et cette nature violente, glaciale, sauvage me fascine. Il est des hommes pour qui la vie est une conquête. Qu’on se rue vers l’or ou à l’assaut d’un sommet. Mes voyages sont alors aussi des livres, des films, un imaginaire que j’ai construit et inévitablement fantasmé. Et pourtant, en dépit de tout cela la confrontation au réel n’a jamais été décevante. C’est particulièrement vrai pour New York dont j’ai passé mon adolescence à rêver en lisant Paul Auster.

IMAGE2 IMAGE3

Je ne cherche pas dans cet ailleurs ce qui me manquerait ici. J’aime passionnément la France, je suis une inconditionnelle de Paris. Je n’ai jamais été triste de rentrer d’un voyage, aussi inoubliable soit-il. Un soupçon de spleen, la tête encore ailleurs mais la certitude agréable de retrouver mes terres. Je ne cherche pas non plus l’exotisme et je déteste la mise en scène, j’essaie d’être humble face à celui que je ne connais pas et qui vit si différemment de moi.

J’ai le défaut d’avoir des habitudes. Quand on me demande où j’aimerais aller je réponds presque invariablement les mêmes lieux que je connais déjà bien. Parfois même très bien. Mais je me réjouis de tout ce qu’il me reste à découvrir, un espace que je sais immense à parcourir. Je rêve de Tanzanie et de Cambodge, d’Ile de Pâques et d’Alaska. Je voudrais faire du chien de traîneau, sentir la brume écossaise, goûter au parfum de la steppe. Et à cheval !
Mais j’aimerais aussi retourner à Venise où j’ai vécu quelques mois et qui est chargé de tant et tant de mon histoire.

IMAGE4

IMAGE5

J’ai eu la chance d’être éveillée très jeune à ces voyages au long cours. Mon tout premier souvenir de vie date de l’un d’eux : j’avais deux ans et demi et je découvrais le Kenya. Je crois que je ne suis jamais vraiment rentrée… J’attends impatiemment d’y retourner avec l’homme que j’aime et notre fils, leur montrer pourquoi cela représente tant pour moi. Une démonstration que les mots ne pourront jamais exprimer.
Ma maison c’est ici, mais aussi partout où j’ai laissé un peu de moi.

IMAGE6

La pile

photo(3)

Je suis une grande lectrice, une lectrice vorace à tendance obsessionnelle. Si je découvre un auteur (contemporain ou pas) et qu’il me plaît, je peux acheter l’intégralité de sa bibliographie et tout avaler. J’ai grandi au milieu des livres, je vis au milieu d’eux et la fusion de ma bibliothèque et de celle de l’homme qui partage ma vie a créé des murs de livres qui grignotent peu à peu l’espace de notre appartement. Des catalogues d’exposition, des romans, des manuels, des revues (mais ça c’est une autre maladie), des livres pour enfants, des essais. Il y a de tout et quelques sujets récurrents : le cinéma, la photographie, l’histoire de l’art, les animaux sauvages, les grandes explorations. On se raisonne et on (enfin surtout lui) essaie d’emprunter à la bibliothèque au lieu d’acheter comme des « monomaniaques ». Lire la suite

Père Castor, raconte nous une histoire…

 

Mia est une grosse « lectrice ». Il n’y a pas une sortie qui ne se termine à librairie et sans qu’on rentre avec un nouveau livre à dévorer. Si elle a ses préférences pour des franchises comme Chamalo, Barbapapa et la collection des Histoires du soir de Disney, elle est aussi curieuse de découvrir d’autres univers avec des animaux qu’elle reconnait sans peine maintenant.

Lire la suite

Patchwork #3

Comme vous le voyez, ce rendez vous hebdomadaire est prévu en alternance ici. Cette semaine, c’est donc mon tour de vous faire partager mes moments forts.

1. Bientôt dans les cartons

2. LA résolution 2012

3. Moment câlin devant le sapin

4. Lectures de la semaine

 

Et encore merci à Marjoliemaman et Miss James pour avoir inspiré cette nouvelle rubrique.