Vers le Nord

bourse

[soundcloud url= »https://api.soundcloud.com/tracks/155038908?secret_token=s-42PsD » params= »color=77d1c5&auto_play=false&hide_related=false&show_artwork=true&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false » width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

Après 48h d’attente insoutenable, de stress et de colère, nous avons appris que notre nouvelle vie serait bien lilloise. Thomas a eu un poste dans l’agglomération lilloise dans un lycée qui semble lui aller comme un gant. Il a fallu passer à l’étape supérieure. Celle de la recherche du nid.

C’est amusant comme j’imaginais cette étape avec légèreté, moi qui ai pourtant expérimenté les méandres de la location parisienne plusieurs fois. À nouveau, il faut remplir un dossier. Imprimer des pages et des pages de preuves simples et lisibles de notre bonne volonté à payer un loyer raisonnable mais conséquent.

Parce que nous avons décidé de louer une maison. Une maison avec un tas de chambres. Assez pour que chacun ait la sienne, même les amis en visite. Une chambre-bureau pour reconnaître enfin le travail que je produis à la maison. Et celui de Thomas aussi. Une pièce comme une place dans notre cœur pour les surprises et les imprévus.

J’ai hâte d’y être.

En moins de 24h, nous avons arrêté de stresser pour l’annonce de mutation, commencé à angoisser pour la location et trouvé deux maisons très convenables à visiter pour samedi prochain. J’aime que ça aille vite. Comme si la machine était déjà lancée dans une course folle mais évidente. Une fuite passionnée et logique. Sur des rails.

Dans une poignée de photos, je me projette. Je sais ce que je veux et ce que je ne veux pas. Il y a la maison idéale mais pour laquelle je n’ai aucune idée de décoration et il y a le deuxième choix où je sais déjà quels cadres je veux installer aux murs. C’est un choix du cœur. J’ai fait des listes de priorités, je sélectionne les annonces qui y correspondent mais au final c’est mon inconscient qui parle. C’est mon ressenti, tout sauf raisonnable, qui s’exprime.

Dans cette maison, notre première maison, je veux construire quelque chose. Je veux qu’on s’y sente bien. Je ne cherche plus 4 murs avec un prix raisonnable et proche du métro. Je vais me faire un plaisir d’être de ces chieuses qui cherchent de l’atypique et du cachet. Souhaitez moi bonne chance.

Noël avec Les petites découpes

étoile de Noël Théodore

J’aurai l’occasion d’en parler à nouveau ici mais Noël est le moment de l’année que je préfère. Je crois même que si on me demandait quelles sont mes passions je pourrais répondre (au milieu du reste) : Noël !
Je possède des décorations anciennes, familiales, auxquelles je tiens comme à la prunelle de mes yeux. Je suis toujours à la recherche de nouveaux éléments pour agrémenter notre sapin, nos murs, notre quotidien pendant cette si jolie période.
Il y a quelques mois j’ai découvert et eu un véritable coup de cœur pour les créations des Petites Découpes.

Lora Fallot, designer produit, a ouvert son atelier près de Nice en janvier 2013. Elle dessine, conçoit et fabrique des bijoux, objets de déco ou de papeterie mais propose également un service de découpe et gravure laser sur différents supports pour particuliers et professionnels. Cuir, bois, feutrine, plastique, papier : les possibilités sont infinies et le résultat unique. Des colliers graphiques côtoient des bracelets fantaisistes et l’on trouve même d’incroyables clips à chaussures que Lora conçoit avec sa partenaire Nora Kolasa et commercialise sur le site LO&NO.

les petites découpesLes petites découpesLes petites découpesLes petites découpes - Clip

Un univers décalé et plein de fantaisie où chacun peut dénicher de quoi satisfaire ses envies. Le site est une vraie mine et le concept très original. C’est bien simple : j’ai eu envie de tout acheter !
J’ai finalement craqué pour le petit flocon personnalisable récemment mis en vente sur l’e-shop. J’ai choisi le modèle pailleté et c’est le prénom de mon fils qui orne ce petit objet de bois délicat, léger et lumineux.
Je sais que ce flocon appartient désormais à notre patrimoine de noël. Il trouvera sa place, année après année, sur notre sapin. Un jour mon fils se dressera sur la pointe des pieds et l’accrochera lui-même sur une branche, des étoiles plein les yeux. En attendant, ce sera déjà cette année son deuxième noël. Et il me tarde !

les petites découpes théodore

L’e-shop a ouvert en juillet 2013 mais vous pourrez également retrouver Lora à La Boutique Ephémère (Galerie Joseph, 7 rue Froissart dans le 3ème arrondissement) les 14-15-16 décembre pour les derniers achats de Noël.

Une chose en moins à penser – GIVEAWAY –

playmobils

Dans une autre vie, j’avais la cuisine de mes rêves (avec la hotte aspirante design – oui, nous n’avons pas jugé que la priorité était d’acheter une hotte aspirante design pas cher -, le four semi-professionnel et le frigo géant). Dans une autre vie, il n’y avait jamais un mouton de poussière caché sous un meuble (ce dont je n’étais pas responsable). Dans une autre vie, il n’y avait pas de Duplo et autres petits bonhommes vicelards pour se cacher en plein milieux du passage pour que je marche dessus au réveil (où à n’importe quel autre moment de la journée où je n’ai pas les yeux en face des trous). Lire la suite

Des projets plein la tête

Bientôt un an qu’on a quitté Paris pour un duplex confortable dans une région pas si éloignée mais hostile. Un an que je vis entre mes 4 murs dans un immeuble tout récent où je ne croise jamais personne. Un an que je rumine la prochaine étape. Parce que voyez-vous, à m’éloigner de Paris et à m’habituer au confort, je me suis surprise à rêver de maison.

Une maison encore un peu plus dans le nord, une maison rien qu’à nous avec des fenêtres en bois véritable, un bel escalier, assez de chambres pour toute la famille, un charme ancien et cosy, des coussins et des livres partout. J’ai des envies de jardin (tout ça parce que j’ai fait pousser 3 tomates l’été dernier), de cuisine faîte pour faire la cuisine,  de bricolages.

Finalement, aujourd’hui, nous vivons dans un entre-deux entre ce que j’appelle la ville (Paris, hein pas le « centre-ville » de Compiègne) et la campagne. Sans le confort de l’une ou l’autre situation, les inconvénients des deux. Pour mes enfants, mes chats et moi-même, j’ai envie d’autre chose et c’est assez inédit pour être souligné.

Il va certainement se passer du temps entre cette phase de fantasme où je compulse des petites annonces immobilières – et où je collecte des idées déco – et le grand saut mais je garde en tête cet objectif un peu fou. Je regarde en arrière et mon parcours me fait frémir autant qu’il me rend fière… vous m’imaginez moi mariée, maman de deux enfants, propriétaire en province ? Même ma propre mère a avoué il y a peu qu’elle ne m’avait  jamais vue comme ça… Il va falloir vous y habituer, et je dois vous avouer que ça me soulage un peu de le partager avec vous. La parisienne fait son coming-out… ouf.