Le bilan annuel

Copyright : Clément Corsi

Copyright : Clément Corsi

Chaque année, je fais un point sur l’année passée. Pas en début d’année civile ou à la rentrée, mon bilan, je le fais à mon anniversaire, le 16 juillet. J’aime me poser et me demander où j’en suis un an plus tard.

Où en suis-je aujourd’hui donc ?

J’ai eu une année assez particulière, riche de rencontres, de développement personnel, de progressions mais aussi d’affirmation de soi et prises de position.
J’ai pris le temps de me recentrer sur moi-même afin de me (re)trouver. Je m’étais peut-être perdue dans les méandres de mes réflexions sur ma vie, son sens, mes aspirations et mes envies. Alors cette année, avec l’accompagnement de mon psy et le soutien de mon Jules, j’ai procédé à ce ménage dont ma vie avait besoin. J’ai rangé chaque chose qui encombrait ma tête à la place qui lui revenait. J’ai dû batailler, il y a eu des moments très difficiles, mais j’en suis sortie plus forte, plus déterminée que jamais à aimer ma vie et ce que j’en fait.

Je me suis d’abord recentrée sur ma famille, mes filles. J’ai pris plus de temps pour être avec elles, passer du temps à créer du lien, des souvenirs. J’ai appris à plus et mieux les écouter, à ouvrir le dialogue. Nos relations s’en sont ressenties progressivement améliorées et j’avoue avoir plaisir aujourd’hui à voir combien nous sommes plus complices qu’il y a un an.
J’ai pris le temps de resserrer les liens de mon couple. Ils étaient déjà forts mais plus que jamais, les épreuves de cette année passée m’ont prouvé que nous étions soudés et unis. Et pourtant, c’est cette année que j’ai le plus appris à être seule : j’ai voyagé seule, j’ai appris à passer du temps seule, j’ai pris des décisions seule, je me suis affirmée seule, malgré mes doutes constants et mon besoin maladif d’être rassurée. J’ai gagné en autonomie affective, j’ai lâché du leste sur mes objets/personnes transitionnels, j’ai combattu ma peur du rejet et de l’abandon et ça n’a pas été une mince affaire. Psychologiquement, mes progrès ont été énormes, j’ai surmonté les épreuves et réussi certains défis que je m’étais lancée.

Je suis également affirmée sur mes positions politiques. J’ai trouvé ma voie militante dans le féminisme en m’impliquant plus fort encore dans ce combat pour l’égalité homme-femme et notamment en m’engageant dans le mouvement body positive. Cela découle directement de mes activités burlesques et photographiques, ça avait du sens pour moi de promouvoir les corps et leur beauté dans leur globalité. En tant que mère, je souhaite que mes filles puissent grandir et s’épanouir dans un monde où l’image de la femme ne soit plus un argument marketing et où les hommes les respecteront dans leur choix.  Ce combat contre le sexisme et le patriarcat, je le mène au quotidien désormais et je veille à élever mes filles dans cette idée que le combat sera sûrement long et difficile mais que nous ne lâcherons jamais. C’est par ce militantisme que j’ai rencontré des personnes magnifiques et bienveillantes, elles se reconnaîtront.

Je me suis enfin affirmée pour ce que je suis, intrinsèquement, et ce qui ne se dit pas forcément : je suis queer et fière de l’être. J’ai toujours su que j’étais au delà de la norme hétéro et cette année me l’a confirmé. Fréquenter les milieux militants m’a prouvé que s’assumer sur tous les points de vue est un moyen de prendre confiance en soi et de s’affirmer. Ça a été libérateur.
Je n’ai pas peur du jugement, je n’ai pas peur des gens et de leur regard, je suis une femme épanouie dans ses sentiments et sa sexualité. Cela ne me rend pas moins compétente dans mon travail ou moins bonne mère. Je suis toujours la même mais enfin libérée du poids de la société hétéronormée.

Pour finir, cette année de stabilité professionnelle m’a permis de faire le point sur mes aspirations, mon avenir. Je sais depuis longtemps déjà que je ne m’épanouis plus trop dans le milieu de la communication. Ce secteur demande beaucoup trop de faux-semblants et d’hypocrisie, ce qui ne me correspond pas du tout. Je souhaite exercer un métier plus proche de l’humain, plus à l’écoute et surtout où faire de l’argent n’est pas le but. Mon travail actuel m’a permis de m’être un pied dans le secteur social, c’est vers celui-ci que je tends à évoluer désormais, voire dans le médical. Pour ce faire, je réfléchis actuellement à la possibilité de reprendre des études et me former à un nouveau métier. J’espère pouvoir concrétiser les idées et en faire des projets viables, ce qui me demandera certainement certains sacrifices comme arrêter le burlesque car je ne pourrai mener de front toutes mes activités. Mais je sais que désormais, je peux compter sur moi pour y arriver, que j’aurais le soutien de mon entourage et le courage d’affronter les échecs si cela devait se produire.

Je suis prête. Je suis prête pour une nouvelle année riche et intense.

 

3 réflexions sur “Le bilan annuel

  1. ameluck dit :

    Cet article est très inspirant et je me retrouve dans quelques uns des passages. Je ne sais pas si l’humain à toujours été tel quel à se remettre souvent en question ou si c’est la société d’aujourd’hui qui nous fait ça, mais il est difficile de remettre de l’ordre dans notre vie, trouver ce qui nous rend vraiment heureux parmi les nombreuses distractions et divertissements. Je trouve rien de plus beau que regarder notre évolution personnelle et je te souhaite encore beaucoup de réussite pour la suite!

  2. Thouret dit :

    Te voir t’épanouir est un immense bonheur pour moi. Tu t’es tellement battue pour ce que tu as souhaitée même si d’autres avaient des termes parfois durs. Je suis heureuse de constater que le temps fait bien les choses quand on veut être soi même.
    Tendresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *