Celui qui est venu prendre de la place

13912321_10154461567590159_1726304511466813324_n

J’ai toujours aimé les animaux. Enfant, j’ai été élevée avec des chats et des chiens, je montais à cheval, mes grand-parents habitaient à la campagne et j’allais à la ferme régulièrement. Adulte, j’ai eu des poissons, une gerbille, un lapin, plusieurs chats et un chien récupéré à la SPA.

Cela faisait presque 15 ans que je n’avais pas eu de chien et j’avoue, ça me manquait.
J’ai beau aimer mes deux chats, leur compagnie est agréable mais l’interaction avec un chien est totalement différente. Un chien, c’est un copain, un ami, toujours partant pour une partie de rigolade ou pour te réconforter quand tu n’as pas le moral. Là où les chats ne sont pas forcément coopératifs, où ce sont eux qui décident du moment où ils ont envie de jouer ou de faire un câlin, le chien lui, est toujours heureux d’être sollicité, quel que soit le moment.

Depuis que nous avons déménagé dans une maison avec jardin, j’avais vraiment envie de reprendre un chien. Pour que mes filles connaissent le plaisir d’avoir un copain canin, les responsabilité qui en incombent autant que les moments de bonheur, mais aussi pour moi, parce que je suis une gosse qui aime les animaux. J’avais envie d’un chien pour lui faire des grattouilles et des chatouilles, des câlins et des bisous, mais aussi pour aller faire de grandes balades, des randonnées, des promenades, jouer à lancer un bâton et aller se baigner dans les lacs.
J’avais pensé à un chien moyen, un chien qui ne soit pas trop petit mais pas non plus un molosse. Genre un Staffie ou un Sharpei. Mais j’avais beau en parler à mon amoureux, celui-ci était catégorique : c’était NON. Ce non était motivé par un manque de place, un jardin pas assez grand, la disponibilité et le temps accordé à ce chien. Ses arguments étaient bons, les miens ne l’étaient pas moins. Au bout de quelques mois d’âpres négociations, durant lesquels mon Jules a voulu s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’un caprice et que nous prenions bien en considération tout ce que cette adoption engendrerait, il a accepté de chercher un chien uniquement à la condition qu’il s’agissent d’un labrador. Pourquoi un labrador ? Parce qu’il connait parfaitement cette race pour en avoir élevé plusieurs quand il était gamin avec son père (et accessoirement parce que ce sont ses chiens préférés).

13710629_10154435244605159_6690658015909170921_o

C’est donc le 10 juillet, 6 jours avant mon anniversaire que j’ai eu mon cadeau : un chiot labrador de 6 mois. Oui, nous avons adopté un chien déjà grand, avec l’avantage qu’il soit déjà propre et éduqué par sa mère, mais encore suffisamment jeune pour apprendre à vivre avec nous et nos règles. Certes, nous n’avons pas eu la phase « bouille trop mignonne » du tout petit chiot, mais ne pas avoir eu à ramasser ses déjections tous les matins, qu’il ne pleure pas la nuit et qu’il comprenne nos ordres du premier jour, c’était vraiment l’idéal.

Dumbledore est parmi nous depuis deux mois aujourd’hui et c’est un vrai bonheur !
C’est un amour de chien, câlin, affectueux, drôle et expressif. Il aboie peu et uniquement pour se faire comprendre, du petit jappement pour avoir le droit à une caresse au « wouf » étouffé quand il veut rentrer dans la maison après avoir fait un tour dans le jardin, ce chien nous parle. J’adore ses mouvements de tête sur le côté quand on lui parle, ses petits couinements quand il voit les chats et que ceux-ci le snobent. A ce propos, l’acclimatation se déroule plutôt bien : Tao accepte ce nouveau membre de la famille après lui avoir montré que c’était lui le patron. Ils peuvent rester dans la même pièce sans que cela tourne au drame. Pour Shifumi, c’est un peu plus compliqué. Cette chatte peureuse et introvertie a vu débouler ce gros monstre noir dans sa vie comme un ouragan. Elle a encore du mal à rester avec lui et à plutôt tendance à se réfugier dans les chambres pour l’éviter. C’est pas faute pour Dumbledore de tout faire pour lui montrer qu’il a envie de jouer avec elle !

13765707_10154435244865159_6010199317547064775_o

Mon gros chien grandit vite, il va devenir énorme, mais il restera mon pitichien qui me monte sur les genoux comme s’il s’agissait d’un bichon. Je fonds quand il me regarde avec les yeux de l’amour, même après avoir bouffé ma pelle et ma balayette, mes tongs, les chaussures des enfants des amis (encore désolée Claire et Stéph’ !), les pommes de terre, les sachets de pain de mie, les pizzas ou le poulet laissés sur le comptoir de la cuisine ou encore un carton de bières, profitant au passage de casser l’une des bouteilles qui semble avoir été bien a son goût vu le peu retrouvé sur le sol !

Oui, Dumbledore est bien un membre de notre famille, il a trouvé sa place, c’est notre chien.

Une réflexion sur “Celui qui est venu prendre de la place

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *