International Lille Tattoo Convention : le Grand Palais du dermographe

mariette

Ce n’est pas super original à notre époque, mais avec Lucile nous totalisons une douzaine de tatouages à nous deux (score non définitif). Jusqu’alors, cela s’était toujours fait dans le calme de salons plus ou moins feutrés mais en tout cas toujours intimes. Mais l’occasion était trop belle : du 27 au 29 janvier 2017 s’est déroulée la deuxième International Lille Tattoo Convention, au Grand Palais de Lille. Rencontrer des tatoueuses et des tatoueurs de grand talent à quelques stations de métro de chez nous, c’était trop tentant. Surtout lorsque j’ai parcouru le catalogue des artistes présents et que j’ai reconnu quelques noms que je suis avec envie sur Instagram et/ou Facebook…

J’ai passé mon vendredi soir au Grand Palais, et j’ai tout de suite été frappé par ce mélange de bonne humeur, de concentration… et de bruit aussi. Les stands de tatouage sont savamment alignés dans l’immense enceinte du Grand Palais, tandis que non loin de là, des concours et des concerts s’enchaînent. De prime abord, je me suis dit que cet univers était sans doute trop tapageur pour moi. Et puis en fait non. Les gens sont accessibles, le dialogue est facile, et lorsque le (bon) groupe de rock invité à jouer ce soir-là a cessé de jouer, je me suis rendu compte qu’on pouvait se sentir à l’aise dans cet endroit, tout autant que si l’on était entré dans une petite échoppe pour s’y faire tatouer une nouvelle pièce.

Au sein de cette convention, comme dans la plupart des autres j’imagine, on peut trouver des personnalités atypique, des gens tatoués du petit orteil jusqu’au crâne, mais aussi de simples curieux ou des personnes désireuses de pouvoir juger sur place avant de se lancer pour leur premier tatouage. Le tout donne une ambiance très conviviale, voire familiale (peu d’enfants, mais ils auraient tout à fait leur place à condition de ne pas courir entre les stands).

Lorsque j’ai parcouru le programme de la convention, mon choix s’est porté sur les tatouages de Mariette, tatoueuse nantaise du studio Turbo Zéro dont la grande spécialité consiste à tatouer des images façon point de croix. Il est trop tôt pour présenter le résultat de son travail (ma peau est encore trop rouge pour ça), mais je ne suis pas déçu de mon choix : j’ai passé un moment très cool aux côtés d’une partie de l’équipe de Turbo Zéro, débarquée dans le Nord dès jeudi soir afin d’être prête dès le lendemain midi (le salon s’est ouvert ce vendredi à 14 heures et fermera ses portes dimanche soir à 20h).

Toujours très chouette de partager de beaux moments avec des artistes dont on apprécie le travail. Je rêvais d’être tatoué par Mariette, c’est à présent chose faite ; j’ai également passé un excellent moment avec elle et sa team, et je risque de m’en souvenir longtemps. Qu’ils aient un sens ou non, les tatouages sont aussi liés à des rencontres. Ce serait du gâchis de se faire tatouer quoi que ce soit par quelqu’un avec qui on n’échange rien, ni valeurs ni anecdotes. L’esprit de l’International Lille Tattoo Convention permet d’être quasiment certain de faire le bon choix : si, contrairement à moi, on ne connaît aucun des tatoueurs et tatoueuses du catalogue, on peut tenter une première approche pour voir si le courant passe. Si c’est le cas, jetez-vous à l’eau : il y a moyen de se faire tatouer pour une somme relativement abordable (comptez sur une centaine d’euros pour tatouage de taille raisonnable).

Mais attention : les tatouages ayant du succès, vous feriez bien de filer le plus vite possible vous promener dans les allées de la convention, le temps de faire votre choix et de trouver des rendez-vous disponibles… À l’heure qu’il est, certains tatoueurs et tatoueuses n’ont déjà plus beaucoup de créneaux disponibles. Qui ne tente rien n’a rien ! L’entrée coûte 15 euros (35 euros pour les 3 jours), et c’est gratuit pour les moins de 12 ans. Au pire, vous pourrez toujours repartir avec une belle affiche, un badge, des stickers ou de jolis carnets (comme ceux dont Mariette a elle-même brodé les couvertures au point de croix)…

À l’année prochaine !

Le site de la convention : ici
La page Facebook : ici

Thomas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *